Contactez-nous!

Par téléphone au 01.56.22.56.83 ou par mail en Cliquant Ici!

mardi 3 mai 2016

Un communiqué ministériel sur la récente nomination d'Ernotte...Alain sors de ce corps!

Voila probablement un communiqué dont se serait bien passé Wallés Kotra nommé pour succéder à Michel Kops à la tête des 1ères et de France Ô.

Il est tombé quelques heures après la communication interne à France Télé et est signé de la ministre de l'Outremer elle-même qui lui demande de veiller à ce que "France Ô recouvre rapidement sa vocation de chaîne 100% ultramarine"

Autrement dit, que France Ô recouvre - donc "rentre en possession de ..." - "sa vocation 100% ultramarine" qu'elle avait donc perdue...sous Pflimlin puis Ernotte! 

Voila un courrier qui a tendance à nous renvoyer des années en arrière où le ministre de l’information Alain Peyrefitte, écrivait au patron de la télé d’État  !

« Vincent Bolloré chercherait à vendre ITélé » c’est en tout cas ce que croit savoir le toujours bien informé « Médiapart ».

« Vincent Bolloré chercherait à vendre ITélé » c’est en tout cas ce que croit savoir le toujours bien informé « Médiapart ».

 Dans un article posté il y a une heure environ ce 3 mai, Laurent Mauduit « Selon nos informations, Vincent Bolloré cherche à vendre iTélé, qui accumule les pertes… Les turbulences qui agitent le groupe Canal+ depuis que Vincent Bolloré en a pris le contrôle ne sont visiblement pas près de s’arrêter. Car après les évictions en cascade, les censures multiples, voici venu le temps du démembrement : selon des informations confidentielles recueillies par Mediapart, l’homme d’affaires a mis en vente la chaîne d’info en continu iTélé, qui est une filiale de la chaîne cryptée.» 

Le cofondateur du site média indique par ailleurs « Le milliardaire Patrick Drahi est sur les rangs, mais il contrôle déjà BFM-TV, ce qui pourrait poser un problème social majeur. Le trio Niel-Pigasse-Bergé a suggéré dans le passé qu'une chaîne d'info en continu l'intéresserait. » 

Une chose est sûre en tout cas, c’est que l’ex Orange qui ne cesse d’accumuler les dérapages depuis son catapultage en avril 2015 par « Schrameck and co » n’est pas sur les rangs…le groupe de Télé public qu’elle est en train d’épuiser dans tous les sens du terme n’a non seulement plus un radis mais a bien d’autres chats à fouetter s’agissant de la chaîne d’info publique dont le lancement sur la TNT reste prévu en septembre !

Ernotte va dégraisser le mammouth...et elle le fera sans PSE


Après "le trop plein d'hommes blancs de plus de 50 ans à la télé" voici que l'ex Orange annonce le trop plein tout court de collaborateurs à France Télévisions.


A un an de la présidentielle de 2017 Ernotte a décidé de plomber le "ça va mieux" de François Hollande.

Elle annonce en effet des suppressions d'emplois dans le cadre de sa refonte des pôles régionaux de France Télé qui passeront de 5 à 13 "On affronte la réalité, c'est-à-dire des métiers qui sont plutôt en train de diminuer en terme d'activité pour certains, face à ceux qui sont en train de progresser en terme d'activité "...Ça c'est du lourd, grosso modo quand l'un pousse, l'autre tire !

Autrement dit un plan de licenciements collectifs tous azimuts mais sans PSE avec bien entendu l'aval de Bercy, de la rue de Valois et de l’Élysée....et à l'en croire dans le cadre du COM quasiment signé!!!

Et tout ceci, avec naturellement deux déclarations en appui de l’indéfectible tandem CGT/FO.

Elle va être chouette la campagne électorale du président sortant dans de telles conditions!

13 mauvais chiffre pour l'ex Orange qui avec sa chaîne d'info publique, emportera tout sur son passage François Hollande compris.

Comme le révélait le blog CGC Média dès le 27 avril dans un article intitulé "L'ex Orange Ernotte de plus en plus isolée..":   "Celle que "Schrameck and co" parachutait à France Télé sans aucune connaissance du secteur, tente même - dernière en date - de modifier le périmètre des "pôles de gouvernance" en sortant quelques E.T.P. par ci par là, histoire de finasser avec Bercy sur le coût de ladite chaîne en prétendant que ses effectifs ne seraient que des "emplois redéployés" alors même qu'elle vient d'ouvrir en candidatures à l'extérieur une vingtaine de postes au bas mot dont la plupart n'existent même pas dans l'accord FTV!  " 
 
Selon nos informations, c'est à marche forcée comme à son habitude que l'ex Orange divise donc France Télévisions en 13. Diviser pour tenter de durer ?! Si tel est le calcul, il est vain....en tout cas, FO de Vial s'est fendu d'un nouveau communiqué qui brosse comme d'habitude dans le sens du poil pour s'en féliciter.

En route vers autant de plans de licenciements dans ces nouvelles entités qu'elle fait ainsi coller aux 12 régions de France métropolitaine auxquelles s'ajoutent la Corse qui n'a pas la dénomination de région mais en exerce les compétences (les cinq régions d'Outre-mer ne bougeant pas dont le département de Mayotte qui exerce également les compétences d'une région et les collectivités uniques de Guyane et de Martinique) !

Celle qui sème la pagaille à France Télévisions comme elle l'a semée à France Télécom/Orange, n'a qu'une idée fixe: la chaîne d'info publique en continu prévue pour septembre "France Info" au détriment d'un groupe de plus de 10.000 salariés dont elle organise jour après jour la casse sociale avec la complicité de quelques uns.

 


lundi 2 mai 2016

"Brabant était au courant" lance Jean-François Laville de retour de Rio en conf de rédaction.

Vendredi dernier, le blog CGC Média publiait un article intitulé "La tension ne retombe pas aux Sports de France Télé, loin s'en faut. Vers la défiance ! "
 
Il semble bien que ce titre prenne ici un sens tout particulier. Ce lundi, comme chaque lundi c'est conférence de rédaction pour "Stade 2". Le responsable des magazines aux Sports à France Télé Jean-François Laville qui a largement défrayé la chronique depuis son départ pour Rio voila une quinzaine de jours, y a pris ce matin la parole à peine rentré de son séjour au Brésil.
 
S'il n'a pu se justifier sur bien des points, il n'a visiblement pas voulu porter seul le chapeau. En présence de François Brabant qui n'a pas dit un mot, il a lancé "Mais François Brabant était au courant"!
 
L'ambiance promet donc d'être électrique et la discrète investigation interne lancée il y a peu, risque fort dans de démentir l'adage populaire "il n'y a pas qu'en mai que certains font comme ça leur plait". 


La fête de David: que nous dit l'éphéméride audiovisuel?

Le 5 mars 2016,  salle des fêtes de la Place éponyme de Ceyzériat (01250) de 14h30 à 1h30 les habitants fêtaient David. Au programme: "Juste avant la St Patrick, préparez vos mollets ! Venez fêter la St David le saint patron du pays de Galles avec des vielles, danses et English cool.." disait l’invitation.

L'éphéméride quant à lui nous indique : "Jeudi 29 Décembre 2016 - 364 eme jour de l'année de la 52eme semaine de l'année" nous fêtons les David.

A France Télé, il se pourrait que le fête de David se situe bien avant l'été!

La CGT de France Télé pro Ernotte, ne s'embête pas avec la loi...

Le 20 avril dernier le cégétiste Secrétaire du CCE signait avec l'ex Orange l'ordre du jour d'un CCE extraordinaire du mardi 3 mai qui tient en 1 point "Information/Consultation sur les orientations stratégiques de France Télévisions 2016/2020: Remise et présentation des documents".

Alors que la loi comme le règlement intérieur qui a force de loi, faut-il le rappeler, prévoient un délai de 8 jours pour la communication préalable des documents (*), les élus n'ont à ce jour reçu aucun document... 

(*) 2.2 Ordre du jour

L’ordre du jour est arrêté conjointement par le (la) Président(e) et le (la) Secrétaire du CCE au moins 8 jours avant la date de la réunion. Il est accordé au secrétaire un délai entre la discussion et la signature de l’ordre du jour, pour permettre au bureau d’en débattre. 

2.3 Convocation 

Les convocations sont adressées au plus tard 15 jours avant aux membres du CCE, titulaires, suppléants et représentants syndicaux par courrier et  par leur messagerie. Ce délai peut être écourté et ramené à 8 jours en cas de réunion extraordinaire. 

L'ordre du jour et l'ensemble des documents afférents à la réunion seront communiqués au secrétariat administratif du CCE et aux représentants du personnel le plus tôt possible et au plus tard 8 jours avant la date de la réunion. Ce délai peut être écourté en cas de réunion extraordinaire."

La loi, les textes, à quoi ça sert ?
 
La direction expliquant à ses très arrangeants partenaires que le délai de 3 mois qui compte pour que soit réputé clos le processus  d'"Information/Consultation" en la matière démarre à la remise des documents qui le seront donc en séance!

Ben voyons!  

Le délai coure dès la première séance de l'instance sur le sujet et rien n’affranchit l'employeur de ne pas respecter le délai de transmission des docs sous peine de sanctions judiciaires pour entrave.

Nouvel et énième exemple du passage en force et de l'avancée à la hussarde auxquels se livre Ernotte avec l'aval de Chauvelot pour la CGT et ses troupes. 


dimanche 1 mai 2016

Michel Field : un Siècle ne suffira pas pour que retombe la colère générale ! Ni Julien Dray, ni Denis Pingaud, ni Patrick Buisson n’y pourront rien.

Michel Field : un Siècle ne suffira pas pour que retombe la colère générale ! Ni Julien Dray, ni Denis Pingaud, ni  Patrick Buisson n’y pourront rien. 

Cette fin de semaine qui clôt la période de vacances scolaires pour la zone C supposée être plus calme, est finalement l’occasion de nouvelles révélations concernant le toujours directeur des rédactions à France Télé que l’ex Orange a confirmé en dépit de la défiance votée à plus de 65% contre lui et qui comme l’écrit Daniel Psenny dans « Le Monde » (*) du 29/04, attendrait le moment pour « résoudre le problème des rédactions sans préciser quand les têtes vont tomber » !
Autrement dit, celle que « Denis Pingaud conseille de manière discrète et amicale et à qui, il n’a  pas hésité de recommander Michel Field  pour prendre la direction de France 5 avant de l'orienter vers la direction de l'information », devrait  faire payer celles et ceux qui s’en sont pris à ce « matou » (sic « Le Monde ») vanillé de l’Info !

Il se pourrait bien pourtant que fragilisée comme elle l’est avec les nombreux dérapages qu’elle accumule depuis la fin de l’été dernier et ce soutien sans faille à celui qui «limogé de France 3, en 2001 par Pflimlin (nommé PDG de France Télévisions par Nicolas Sarkozy en 2010) alors directeur général de la chaîne, s’était alors répandue dans toute la presse en disant avoir "l’impression d'être en Russie sous Brejnev avec cette télé"», l'ex Orange n’en ait pas l’occasion !
 
Michel Field a beau garder le silence comme l’écrit Daniel Psenny « D’habitude, Michel Field parle beaucoup. Avec sa "tchatche" méridionale et son goût pour les mots, il est même difficile de l’arrêter. Mais, aujourd’hui, le patron de l’information de France Télévisions a choisi le silence. Lorsqu’on le sollicite pour lui "tirer le portrait" dans Le Monde, il répond sobrement par SMS qu’il a eu sa "dose" et qu’il a décidé d’observer "une abstinence médiatique totale, pour un moment"»le dossier s’alourdit au fur et à mesure que la Presse ne cesse de gloser sur les conditions catastrophiques d’organisation de l’émission « Dialogues Citoyens » et son audience infinitésimale. 

Le conseiller com de François Hollande Gaspard Gantzer avec qui Field soi-disant tout calé et à qui il avait assuré que tout « roulait », a dû s’étrangler en lisant l’article d’André Bercoff ce jeudi qui écrivait fort d’une révélation qui fait froid dans le dos sur l’un des quatre intervenants retenus par Field « Si François Hollande, avec l’arrivée d’Ernotte et Field, se disait qu’il allait enfin renouer avec les bons sondages et l’inversion tant attendue de sa courbe de popularité, « Dialogues citoyens » a été un superbe chausse-trappe où tout respirait l’amateurisme.

Exclusion d’une syndicaliste et d’un agriculteur sous prétexte que ça rallongerait l’émission, présence d’un blogueur de gauche dont les tweets et les propos sur Amedy Coulibaly et l’Hyper Cacher sentaient bon un radicalisme sans nuance – gloire du petit écran – la présence de Léa Salamé que l’on avait déjà vue aux dîners du président, et qui n’a eu envers lui, en bonne journaliste, aucune reconnaissance du ventre. » 

Il semble du reste, selon nos informations, que les services de Bernard Cazeneuve s’intéressent de très près aux « thèses » du blogueur en question comme celle développée sur Hitler en octobre 2015 parmi tant d’autres.  

Tous les signaux sont au rouge – sans jeu de mot –  et le mal est apparemment trop profond, le bouchon jeté trop loin, pour que s’arrête la machine.

Ni Denis Pingaud l’ancien trotskiste reconverti comme Field que ce dernier a connu dans sa jeunesse « signant les éditoriaux au vitriol contre la politique giscardienne » (sic), ni « le sulfureux Patrick Buisson, ex conseiller de Nicolas Sarkozy  et Julien Dray, le baron noir du parti socialiste » (sic) n’y peuvent plus rien.

Quant à ces « réseaux » et autres « amitiés de gauche comme de droite » qu’évoque Daniel Psenny dans son article « Homme de réseaux et membre du club d'influence le Siècle, dénoncée dans le film « Les nouveaux chiens de garde » de Gilles Balbastre et Yannick Kergoast (2012) Michel Field a toujours aimé faire le grand écart entre Éric Zemmour, le sulfureux Patrick Buisson, ex conseiller de Nicolas Sarkozy, et Julien Dray, le baron noir du parti socialiste ou Henri Weber, le député PS européen qu'il a repéré à l'âge de 14 ans  lorsqu’il militait à la Ligue Communiste pour lui confier la rubrique lycéenne Rouge…», personne n’imagine à présent qu’ils soient en mesure de plaider sa cause.
    
Rien n’y fera et la décontraction affichée qu’arbore Michel Field dans la demi-page du Monde [il pose en pantalon cuir et bottes de moto dans une petite chambre/bureau – style piaule d’étudiant – son chat sur un lit d’appoint au cas où il devrait plancher tard mais avec vue sur la tour Eiffel tout de même] n’est absolument pas de nature à calmer le jeu…au contraire !

La seule interrogation qui demeure encore c’est quand « tout ça va péter » - parce que ça va péter – et surtout combien de personnes  « le choix de Delphine » entrainera avec lui lorsqu’il choira ?   

(*) Extrait de « Michel Field, en défiance » publié dans « Le Monde » du 29.04.2016 à 16h36 • Mis à jour le 30.04.2016 à 07h36 Par Daniel Psenny


D’habitude, Michel Field parle beaucoup. Avec sa « tchatche » méridionale et son goût pour les mots, il est même difficile de l’arrêter. Mais, aujourd’hui, le patron de l’information de France Télévisions a choisi le silence. Lorsqu’on le sollicite pour lui « tirer le portrait » dans Le Monde, il répond sobrement par SMS qu’il a eu sa « dose » et qu’il a décidé d’observer « une abstinence médiatique totale, pour un moment ».


Pourtant, même s’il ne faisait pas l’unanimité, beaucoup y ont cru, à France Télévisions, lorsque, le 7 décembre 2015 – à la surprise générale –, Delphine Ernotte, PDG du groupe public, a annoncé sa nomination à la direction de l’information. Dans les rédactions de France 2, France 3 et Francetv info, on y a vu le véritable signe du changement attendu depuis l’arrivée de la nouvelle patronne, fin août 2015.


Agitateur d’idées 


Certes, la société des rédacteurs de France 2 a aussitôt publié un communiqué qui s’inquiétait du « profil choisi » pour remplacer Pascal Golomer, éclaboussé par l’annulation de la venue de Marine Le Pen à l’émission « Des paroles et des actes » et sa difficulté à composer une équipe. Mais la plupart des journalistes se sont réjouis, pour une fois, de voir débarquer à leur tête un agrégé de philo, écrivain, créateur du « Cercle de minuit », doté, de surcroît, d’une expérience audiovisuelle riche et variée.


Loin du profil de manageur souhaité ou du baroudeur habitué du terrain, personne n’avait oublié le journaliste agitateur d’idées, l’ancien trotskiste reconverti à tous les plaisirs de la vie qui avait su passer sans heurts de "Marx à Bouygues"....

La suite à lire dans la version papier.

samedi 30 avril 2016

Michel Kops en charge de l’Outre-mer, remplacé par Walles Kotra…et de trois croix !



Michel Kops en charge de l’Outre-mer, remplacé par Walles Kotra…et de trois !

Dans quelques jours, le 9mai exactement, Walles Kotra dirigera les équipes du réseau Outre-mer 1ère et de France Ô en qualité de « directeur exécutif en charge de l’Outre-mer » en lieu et place de Michel Kops qui sortira des effectifs fin mai.


La nomination de Walles directeur régional de Nouvelle-Calédonie 1ère depuis 2011 intervient dans un contexte particulièrement délétère à France Télévisions et arrive alors même que dans les coulisses, Stéphane Bijoux que le duo Pfilimlin/Thuillier avait mis en place à l’info ultramarine écrivait à Delphine Ernotte. 

Qui a donc fait fuité son courrier ? Courrier qui demandait en l’occurrence à l’ex Orange de le nommer directeur d'une entité quasi-autonome et indépendante de Walles Kotra, le tout avec deux exigences en cascade:

-   être d’abord nommé patron de toutes les rédactions des Premières et de France Ô
-   ensuite que sa direction soit rattachée à nouveau à la direction de l'Information de France Télévisions, c’est-à-dire le toujours monsieur info Michel Field qui vient d’essuyer une motion de défiance contre lui à plus de 65 % des votes [il n’était à l’évidence pas dans ceux-là !] 

Autrement dit, gentiment mettre sur la touche Walles Kotra qui est donc aujourd’hui nommé et a eu, lui aussi, la lettre manœuvrière de son rival entre les mains !

La démission de Stéphane Bijoux est en toute logique inévitable…il est en effet impensable que celui qui prendra les rênes du réseau Outre-mer 1ère et de France Ô dans quelques jours puisse travailler avec quelqu’un qui a essayé de lui souffler le poste !

C'est donc celui qui a glissé la peau de banane qui tombe et non celui à qui elle était destinée.

Une pétition en ligne pour que Manuel Valls fasse la lumière sur les activités de son épouse Anne Gravoin.

Le 22 avril dernier le site "Le lanceur.fr" avec un article signé Acerca Molinari "Numéro 23 : une Valls à trois temps, c’est beaucoup plus troublant" ouvrait le bal avec de fracassantes révélations concernant la dernière  femme de Manuel Valls Anne Gravoin. 
L'article commençait avant de donner toute une série d’éléments de réponse par une série de 3 questions:  
- Pourquoi la gauche met-elle si peu d’empressement à dénoncer l’escroquerie de la chaîne Numéro 23, offerte par le trio Sarkozy-Boyon-Bygmalion au lobbyiste désargenté Pascal Houzelot, afin qu’il la revende deux ans et demi plus tard au duo Weill-Drahi ?  
- Pourquoi le pacte d’actionnaires frauduleux, où l’on trouve un oligarque russe, des fonds transitant par Chypre ou encore l’émir du Qatar a-t-il été dissimulé au CSA durant dix-huit mois, sans qu’aucune autorité indépendante n’y trouve jamais rien à redire, Conseil d’État compris ? 
- Pourquoi la commission d’enquête parlementaire demandée par le député Rogemont depuis le mois de janvier est-elle sans cesse repoussée ?  
Cette semaine, c'est Closer qui consacre un article à la démission d'Anne Gravoin de l’Alma Chamber Orchestra qu'elle dirigeait depuis peu, qui débute ainsi "Anne Gravoin: en pleine polémique elle quitte l’Alma Chamber Orchestra". 
Comme si cela pouvait éteindre l'incendie !!!! Patatras, voila qu'est apparue en même temps sur la toile une pétition en ligne pour que Manuel Valls fasse la lumière sur les activités de son épouse Anne Gravoin: 
https://actions.sumofus.org/a/que-cache-l-orchestre-de-l-epouse-du-premier-ministre 
"Quelques jours après la nomination de Manuel Valls à Matignon, l’Alma Chamber Orchestra, l’orchestre où Anne Gravoin épouse du Premier Ministre, violoniste de talent, a été nommée directrice artistique de dont l’ambition affichée n’est pas seulement musicale, qui souhaite aussi propager dans le monde « un message de paix et de fraternité », Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture,  dote la formation de subventions se chiffrant à plusieurs centaines de milliers d’euros. Ennuyeux, quand on sait que Fleur Pellerin, sous l’autorité du Premier ministre, est à la fois très proche de Pascal Houzelot – qu’elle a fait chevalier des Arts et Lettres alors qu’il tentait (déjà) de s’enrichir personnellement en revendant sa chaîne fantôme au duo Weill-Drahi – et que le même Pascal Houzelot est aussi très proche du couple Valls, chargé à ce titre par monsieur, qui travaille beaucoup, de promener madame et de lui présenter le tout-Paris. Un exercice dans lequel le lobbyiste excelle, qui réunit régulièrement sa dizaine de convives très hype, dont le couple, dans son loft parisien du quai Henri IV.
De drôles de mécènes

Encore plus ennuyeux quand on sait que l’Alma Chamber Orchestra est, outre le ministère de la Culture, largement financé par des personnes dont l’exotisme et le parcours sulfureux n’ont rien à envier à leurs homologues de Numéro 23. Ainsi Zouhir Boudemagh, un homme d’affaires d’origine algérienne représentant en France le groupe koweïtien Al Sayer, actionnaire du petit constructeur automobile du Gard PGO, en train de mettre la clé sous la porte : 50 millions d’euros perdus en dix ans et quarante salariés en « chômage technique » depuis début février.

Aux côtés de Zouhir Boudemagh dans cette extravagante aventure lyrique, on trouve aussi un certain François Gontier, p-dg des Eaux et Electricité de Madagascar (EEM), qui sous-loue des bureaux, avenue Victor-Hugo dans le seizième arrondissement de Paris, à la société d’Anne Gravoin, AG Productions. Président d’une entreprise qui fournit des tenues militaires aux armées d’Afrique, deux fois condamné par la justice et plusieurs fois poursuivi par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), il est actuellement mis en examen pour “exercice illégal de la profession de banquier”.

Pour couronner le tout, l’Alma Chamber Orchestra compte parmi ses mécènes Jean-Yves Olivier, (qui a récemment reçu les insignes d’officier de la Légion d’honneur des mains de Manuel Valls), personnage clé de la « Françafrique » et bras droit du grand démocrate Sassou-Nguesso, président du Congo-Brazzavile… ou encore Ivor Ichikowitz, le président de la bien-nommée Paramount, tentaculaire conglomérat d’armement africain, qui fournit blindés et avions de combat au même Sassou-Nguesso.

La position de Manuel Valls est aujourd’hui très délicate: on se souvient que le Premier ministre avait jugé au mois d’octobre, en marge d’une réunion de cabinet, que la revente de Numéro 23 au groupe NextRadioTV pour 88,3 millions d’euros, aurait été “une insulte faite aux Français”. Il avait également salué “la fermeté” du président du CSA Olivier Schrameck dans cette affaire. 

Plus que jamais, la commission d’enquête demandée par le député Rogemont s’impose. Il ne s’agirait pas que les Français se laissent une nouvelle fois insulter, qu’ils soient sans-dents ou canards sauvages."

vendredi 29 avril 2016

La tension ne retombe pas aux Sports de France Télé, loin s'en faut. Vers la défiance !

Depuis les révélations du "Canard enchaîné" voilà deux semaines et les divers articles de presse qui s'en sont suivis, plus particulièrement la page entière dans "l’Équipe" la semaine dernière qui vient de remettre ça, ce mercredi, avec un nouvel article "Écran brouillé" (*) rien ne va plus au Service des Sports de France Télévisions....et ce n'est visiblement que le début.

Certes à la suite de ce premier papier du quotidien sportif, il semble que le patron des Sports - que quelques uns considéraient comme jà parti - ait rué dans les brancards et appelé entre autres  Jean-François Laville à Rio pour lui passer un savon; c'est bien le mot.

Ce dernier a notamment été sommé de commenter la plupart des sujets qu'il avait initialement commandés aux deux boîtes de boites de prod extérieures avec la bénédiction de Sven Lescuyer tant pour "Tout le sport" de cette semaine que pour le spécial "Stade 2" du 1er mai...
Pas très convainquant (pour essayer de rester courtois) comme cela se dit dans les couloirs: "lui qui donne des leçons à tout le monde" il devrait commencer par se regarder dans un miroir!!!!

Alors que l'intéressé rentre ce weekend de Rio - remonté comme une pendule de ce déballage dont il se serait bien passé - il semble déjà que certains des mails internes "plutôt fleuris" (pour ne pas dire malveillants) qu'il a adressés ici et là pour charger copieusement tel ou tel, passent de main en main. Cela devrait venir alourdir son dossier qu'il a déjà bien fourni !

Savoir qui a bavé...qui a balancé...quels sont celles et ceux qui ne l’auraient pas joué "collectif" [ça, il faut oser!]....Les faire payer ceux-là... Ben voyons!

Ce sont des procédés d'un autre âge qui démontrent dans quel état de fébrilité se trouve au moins l'intéressé mais pas que lui.  

Ce qui ne se savait pas, pouvait encore passer inaperçu mais vu l'ampleur et les proportions qu'on pris toute cette affaire, ce n'est plus possible...

Caroline Got responsable du secteur, en serait dorénavant bien consciente...elle n'attendra peut-être même pas le vote d'une motion de défiance lors de la réunion du 9 mai prochain organisée par la SDJ pour en tirer les premières conséquences. A moins que....



(*) Extrait: 

"Écran brouillé"

"France Télévisions, en pleine tourmente, dévoile aujourd'hui son dispositif pour les Jeux Olympiques. Mais le malaise qui règne dans l'entreprise touche aussi indirectement les sports.

À France Télévisions, on se vante à l'antenne d'être « le plus grand terrain de sport ». L'été 2016 sera riche, même si l'Euro sera diffusé sur beIN Sports, TF 1 et M 6. Il reste Roland-Garros, le Tour de France et, surtout, les Jeux de Rio... Diffuseur officiel jusqu'en 2020, France Télévisions dévoilera cet après-midi une partie de son dispositif, notamment ses consultants. Mais l'ambiance est morose. La présidente, Delphine Ernotte, en poste depuis août, a récemment reconnu « un malaise » à l'information (une motion de défiance a été votée la semaine dernière contre Michel Field, le directeur de l'information) . Un malaise qui l'occupe beaucoup... Si le service des sports mène sa vie à part, il est un peu agité, sans avoir vraiment de réponses à ses questions.

Quel avenir pour «Stade 2» ?

Diffusée depuis le 28 décembre 1975, l'émission est l'un des symboles de la chaîne. Dur à toucher... Vivement dimanche occupera pourtant bien, à la rentrée, son créneau (18 h-20 h). Les audiences de Michel Drucker qui dépassent régulièrement les 2 millions de téléspectateurs ont clairement plus d'attrait. Deux diffusions ont été proposées : à 14 heures ou à 16 h 30. Rien n'est tranché, mais les deux horaires sont moyens alors que la multiplication des directs de sport sur les autres chaînes le dimanche a déjà fragilisé les audiences de Stade 2 (de 7 à 8 % et de 10 à 12 % quand un match le précède sur la chaîne). « La définition d'une émission en danger, c'est quand son audience est inférieure à la moyenne de sa chaîne (autour de 13-14% sur France 2) », assure un membre du service des sports.....

Si Delphine Ernotte avait dénoncé à son arrivée "une télévision d'hommes blancs de plus de cinquante ans et il va falloir que ça change", elle se heurte aux indemnités de départ....

Etc...."