L'actualité des Médias

Loading...

Contactez-nous!

Par téléphone au 01.56.22.56.83 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 31 juillet 2015

Un signe pour notre pays! Pflimlin témoin assisté nommé conseiller d'Etat....

En pleine période estivale le dernier conseil des ministres va laisser plus d'un contribuable français au bord de l'écœurement. Le blog CGC Média sans voix également, vous propose de découvrir la nomination du toujours témoin assisté dans l'instruction judiciaire du volet France Télévisions de l'affaire Bygmalion menée par le juge Renaud Van Ruymbeke, Rémy Pflimlin: "Sur proposition de la garde des sceaux ministre de la justice, Remy Pflimlin a été nommé conseiller d'État en service extraordinaire à compter du 1er septembre 2015".


Au même moment où le parquet classe les plaintes déposées par la CFDT et le SNPCA-CGC qui a immédiatement déposé plainte, le cas échéant lundi dernier afin que soit ouverte une instruction judiciaire, c'est "e-alsace" qui pose la question politique qui est sur toutes les lèvres: 

"Fallait-il  trouver à Pflimlin un lot de consolation après avoir été écarté par le CSA dans sa volonté d'engager un deuxième mandat à la tête de France Télévisions ?
Rémy Pflimlin prendra ses fonctions le 1er septembre prochain. Il ne siègera que dans les sections administratives de la haute juridiction. 

Après cinq ans de présidence de France Télévisions, à 61 ans, Rémy Pflimlin a donc trouvé une suite de carrière confortable.
Cette nomination tranche avec sa carrière qui s'est faite dans les médias. Son parcours professionnel l'avait jusqu'à présent conduit tour à tour à "Jours de France", aux "Dernières nouvelles d'Alsace" à "L'Alsace", à France 3, à Prestalis et à France Télévisions.
Pour être complet, rappelons qu'il est toujours témoin assisté dans le volet France Télévisions de l'affaire Bygmalion. Un rapport de la Cour des comptes est également attendu sur France Télévisions dans lequel des questions d'éthique seraient soulevées."


lundi 27 juillet 2015

« Les affaires sont les affaires » très bientôt sur France Télévisions…Vivement que démarre l’instruction judiciaire !


La pièce qui s’était jouée au Palais Royal, il y a quelques années avait fait un tabac. Ce ne devrait pas être le cas de la nouvelle version qui pourrait très prochainement voir le jour sur France Télévisions et dont la distribution est toujours en cours.
A ce stade une ébauche de premier « tableau » mettant en avant les liens entre quelques personnages, s’impose pour une meilleure compréhension….

 

Ce n’est là qu’une toute petite partie du puzzle que le blog CGC Média est en train de remettre en ordre.
Une instruction judiciaire permettra sûrement d’y voir plus clair.  Concernant cette dernière, lisez ci-après le communiqué du SNPCA-CGC :
 
"Le SNPCA-CGC a décidé de saisir dès ce lundi 27 juillet 2015 le Doyen des juges d'instruction, afin de se constituer partie civile dans le cadre de l'enquête sur les conditions dans lesquelles le CSA a récemment procédé à la nomination pour la présidence de France Télévisions.
 
La plainte que dépose le syndicat avec constitution de partie civile va conduire à la désignation d’un juge d’instruction qui pourra enfin faire la lumière sur les circonstances précises de cette nomination. 
 
Le SNPCA-CGC déjà partie civile dans une autre plainte - s’agissant du volet Bygmalion concernant France Télévisions - rappelle que le parquet avait également classé l’affaire.
 
Ceci n’avait évidemment pas empêché le syndicat de poursuivre son action et de voir la Justice confier l'instruction au Juge Renaud Van Ruymbeke qui a déjà pour ce seul aspect du dossier dans une plainte beaucoup plus vaste,  procédé à 4 mises en examen et placé 3 protagonistes sous statut de témoin assisté.

L'information judiciaire aura donc pour objectif de déterminer, si comme l’indique le parquet, des « actes positifs » ont été commis afin de faire échec à l’application de la loi !"
  


 

 


vendredi 24 juillet 2015

Nouvelle salve contre « BFM » la chaîne « tout info » de la TNT…avec « LA BANANE » !

Nouvelle salve contre « BFM » la chaîne « tout info » de la TNT…avec « LA BANANE » !


En l’espace de quelques jours, c’est la seconde fois que celle  que le CSA sortait du chapeau le 23 avril dernier attaque « BFM » la chaîne « tout info » de la TNT....c'est elle qui le dit!


Premier tir en règle. A la mi-juillet la SDJ de France 2 publie le compte rendu de sa rencontre avec l’ex dirigeante d’Orange qui interrogée sur son projet de chaîne info répond : « ll ne s’agit pas de faire BFM, il faut réfléchir à ce que doit être une chaîne d’info du service public ».
 
Extrait :
 
"Nous avons le sentiment que c’est l’un de ses chantiers primordiaux. Elle considère qu’une chaîne info attirera les jeunes téléspectateurs qui manquent à la chaîne, elle insiste sur la  moyenne d’âge vieillissante des téléspectateurs  « l’info est une mission essentielle, notre cahier des charges ce n’est pas que les séniors ». 
Sur ce point, Stéphane Sitbon-Gomez est intervenu, pour souligner que c’était une erreur stratégique pour le service public de ne pas avoir développé sa chaîne info.
 
Néanmoins, pour Delphine Ernotte « il ne s’agit pas de faire BFM, il faut réfléchir à ce que doit être une chaîne d’info du service public ».
 
Sur les questions du financement et de l’organisation, que nous avons posées à plusieurs reprises, elle est restée très évasive : elle estime qu’il faut d’abord avoir un projet avant de réfléchir aux moyens."
 
Et bing dans les dents d’Alain Weil le patron de BFM TV.
 
Deuxième salve. Quelques jours plus tard, c’est au tour de la SDJ de France 3 de l’interroger sur le même sujet « Cette chaîne ne copiera pas BFM et présentera les caractéristiques du service public ».
 
Extrait :
 
"D. Ernotte a confirmé qu’elle veut une chaîne Tout Info dès septembre 2016 qui puisse être regardée sur nos smartphones. « Il faut aller chercher les gens qui ne regardent plus la télé et le mode de consommation le plus courant c’est le téléphone ». Pour autant, le mode de diffusion, box ou TNT, sur un nouveau canal ou un existant, reste à définir. « Cette chaîne ne copiera pas BFM et présentera les caractéristiques du service public ».
 
La SDJ a demandé quelle rédaction y travaillera. « Il n’est pas question de faire une rédaction à part mais d’utiliser la puissance de toutes les rédactions de France Télévisions. Je vais regarder comment on peut arriver à cette organisation au quotidien" .

Et re-bing dans les dents….

 
A qui le tour ?
 
Que nous réserve son « Audace de dans 5 ans » ?  
 
Combien de temps avant  de faire de France Télévisions uniquement un diffuseur avec une externalisation à outrance « Les producteurs privés ne sont pas nos ennemis, nous n’avons pas à en avoir peur » générant une casse sociale à grande échelle ?

Elle sera ainsi dans le droit fil des ridicules propositions de Patrick Balkany à qui la Cour d'appel de Paris a confirmé début juillet l'interdiction de sortie du territoire imposée lui étant imposée dans l'affaire où il est mis en examen pour "corruption et blanchiment de fraude fiscale notamment" (source AFP) et qui réclame bêtement la privatisation de France Télévisions et de Radio France  ?!?!

Nouvelle étape dans la plainte déposée par le SNPCA-CGC concernant le processus de désignation à France Télé.

Le SNPCA-CGC se constituera partie civile dès lundi 21 juillet auprès du Doyen des Juges d'instruction, du TGI de Paris. 

Cette indispensable et nouvelle étape permettra la désignation d'un juge d'instruction et l'ouverture d'une information judiciaire.
 
C'est la suite logique de la plainte déposée par le SNPCA-CGC, le 12 juin dernier, concernant la procédure de désignation par le CSA à la présidence de France Télévisions que la Presse a qualifiée, entre autres, de "mascarade".

Rappelons qu’il s’agit là de la même démarche que celle qui avait conduit le SNJ comme le CFDT de se porter partie civile aux côtés du SNPCA-CGC dans le volet France Télévisions de l'affaire dite  Bygmalion dont l’instruction se poursuit sous l'autorité du juge Van Ruymbeke.

Selon nos informations la CFDT qui avait saisi la Justice dans les mêmes conditions, se constituera, elle aussi partie civile à cette même date comme le précisera le communiqué de Presse qu'elle s'apprête à diffuser et que le blog CGC Média ne manquera pas de publier dès sa sortie (*)

Comme l'écrivait  Cyril Lacarrière dans "L'Opinion" pour son cinquième et dernier volet de son incroyable enquête intitulée "Qui veut gagner France Télévisions" "Il faudrait que la plainte aboutisse à une enquête pour connaître le réel déroulé des faits."

Nous y voilà...et c'est Maître Pierre-Olivier Lambert qui en est chargé comme pour la plainte s'agissant du délit de"favoritisme" visant Bygmalion parmi les diverses sociétés de "conseil" intervenues à FTV sans appel d'offre.

Rappelons comme le rappelaient bon nombre de média qui ont mis à jour dans cette "procédure de désignation" des éléments graves et concordants, que les 10.000 salariés de France Télé  comme les millions de  contribuables français qui paient leur redevance, ont le droit de savoir dans quelles conditions les 2,8 milliards d’euros de budget de la télévision publique française  sont utilisés.
 
(*) Voici le Communiqué CFDT
 




Le SNJ prévient l'ex-Orange: "nous serons aussi dans la continuité, en combattant pied à pied le projet de votre prédécesseur ".

Dans un tract intitulé "LE DAUPHIN FAIT ROI" (à lire ci-après), le SNJ prévient que tenter du faire du neuf avec du vieux "ne sera pas sans conséquence"...
 
C'est un scénario à la Radio France qui est en train de monter contre celle qui ne connait rien à la télé mais que quatre apprentis sorciers ont cru pouvoir installer à  France Télé dans le cadre de ce que la Presse unanime a qualifié de "mascarade" et de "scandale d'État".
 
 
Voici le texte:
 
"La présidente de France Télévisions a fait le choix de la continuité en nommant à la direction  de l'information Pascal Golomer, le légataire universel de son Prédécesseur Thierry Thuillier.
L'équipe actuelle semble donc confortée. Une équipe pourtant responsable du management  brutal à France 2, de la course aux directs et de la généralisation des sujets "en kit". Une  équipe qui œuvre aussi à l'affaiblissement de l'info nationale de France 3.  "Info 2015" voit  donc ses pères fondateurs renforcés au sein de la stratégie Ernotte.
Pour le SNJ, c'est une très mauvaise nouvelle. Au-delà des personnes, ce sont les projets  qui comptent. Et la fusion des rédactions nationales est un projet funeste contraire à l'article  34 de la Constitution française sur le pluralisme et aux dispositions du cahier des charges de France Télévisions.
À notre tour nous serons aussi dans la continuité, en combattant pied à pied ce projet.
Que  la nouvelle présidente se le dise, ce premier choix ne sera pas sans conséquence.  
Paris, ce 22 juillet 2015 "

Les salariés de France télé ont de moins en moins "LA BANANE"...les déclarations à l'emporte-pièce se succèdent et inquiètent de plus en plus.

Après la SDJ de "La Deux" à qui celle que Schrameck et ses acolytes sortait du chapeau le 23 avril dernier dans une procédure qui fait l'objet de deux recours au Conseil d'État et de trois plaintes pénales lançait, totalement déconnectée de la réalité: "On fait de la télé, c’est génial. C’est une maison magnifique, on devrait avoir la banane ", celle de "La Trois" a eu droit également à sa formule censée donner la pêche " Il faut aller chercher les gens qui ne regardent plus la télé sur leur smartphone devenu [aujourd'hui] le mode de consommation le plus courant".
Le qualificatif "consternant" est-il assez fort ?
 
Probablement pas...au regard de la conclusion du compte-rendu "A n’en pas douter, D. Ernotte arrive avec un grand projet : une chaîne « Tout Info» sur nos smartphones qui va bouleverser l’organisation de l’info sur France Télévisions et dont la fusion des rédactions est le premier maillon."
 
Les journalistes médusés avaient eu droit juste avant au pourquoi du comment « Un de mes premiers chantiers va être de redéfinir les dynamiques propres à chaque chaîne sans pour autant établir de hiérarchie entre ces chaînes pour mieux les fusionner  » !!!!!!
Voici le compte rendu intégral de la SDJ qui comme l'ensemble des salariés n'a pas l'intention de se laisser maltraiter.
 
"Rencontre avec Delphine Ernotte-Cunci

Le 23 juillet 2015, la future présidente a reçu la SDJ de la rédaction nationale de France 3 un peu plus d’une heure.

D’entrée, la SDJ a interrogé Delphine Ernotte sur la nomination de Pascal Golomer à la direction de l’information.
 
D. Ernotte l’a confirmée et dit avoir privilégié une « recherche interne » car « il est important de se renouveler avec des équipes en interne… ». [C'est fort et puissant ça "il est important de se renouveler dans la continuité", ndlr!!!!!]

Pour elle, P. Golomer a à la fois l’expérience de la 2 et de la 3, et ne serait pas «plus d’un côté que de l’autre». «Il a une bonne pratique managériale et une bonne vue de la fusion».

La SDJ lui a fait part des réserves de la rédaction sur un homme qui incarne l’ancienne équipe et son projet de fusion des rédactions.

D. Ernotte a répondu que la fusion fait partie intégrante du projet qu’elle a présenté au CSA et qu’elle aurait été maintenue quel que soit le directeur de l’information.

Pour D. Ernotte, la fusion est avant tout « une nécessité économique, il faut mettre les moyens en commun. Il n’y a pas un groupe de télévisions en Europe qui ne l’ait pas fait ».


Pour autant, elle souhaite trouver un positionnement différent sur chaque chaîne, aussi bien pour l’info que pour les programmes. « Un de mes premiers chantiers va être de redéfinir les dynamiques propres à chaque chaîne, et ce, sans établir de hiérarchie entre ces chaînes. »

La SDJ lui a demandé si nos éditions nationales seraient pérennisées.


Elle a répondu qu’elles n’étaient pas menacées et que chaque édition devrait trouver son positionnement éditorial spécifique. Concernant le Soir 3, D. Ernotte reconnait que l’horaire fluctuant est un handicap pour fidéliser le public, elle a annoncé son intention d’y travailler dans les prochains mois.

La SDJ lui a expliqué qu’à l’heure actuelle, les choix se faisaient toujours en priorité pour France 2. Nous avons évoqué le crash éditorial du 12/13 le 7 janvier sur l’attentat de Charlie Hebdo et les difficultés de diffusion des images de la manifestation du 11 janvier.
La future présidente (qui a posé beaucoup de questions sur le quotidien de la vie de la rédaction) nous a interrogés sur les raisons du ratage et se demande pourquoi sur certains évènements les deux chaînes ne travailleraient-elles pas sur une seule source d’images ?

La SDJ lui a aussi demandé si la nomination d’un directeur commun de l’info n’était pas contradictoire avec la redéfinition « des dynamiques propres de chaque chaîne ».
D. Ernotte a été claire : « Nous n’avons plus les moyens de doublonner, je ne reviendrai pas en arrière ». Et de prendre l’exemple récent et choquant pour elle du procès Karabatic couvert par quatre équipes (France 3 national, France 3 régional, France 2 et le service des sports). D. Ernotte nous a demandé pourquoi un même journaliste ne pourrait pas servir plusieurs antennes.
La SDJ lui a expliqué  les contraintes de fabrication liées aux horaires des éditions, la nécessité d’un angle propre à chaque reportage, la spécialisation des journalistes et la nécessité du pluralisme, même au sein du service public.

La SDJ lui a demandé sa définition de « la dynamique propre » de  France 3, concernant l’information.
 
Pour D. Ernotte, France 3 est une chaîne « plus ancrée dans la vie des français ». Elle doit « rendre compte de la richesse des territoires ».
La future présidente veut « regrouper France 3 régional et national » car pour elle, « la chaîne manque de prises d’antenne évènementielles et de décrochages régionaux, d’autant qu’il y a de bons journalistes en région ».

La SDJ note avec satisfaction que la future présidente est intéressée par notre proposition éditoriale de "proximité citoyenne" et par un rapprochement avec les rédactions régionales, dont la précédente direction nous avait coupés.


D. Ernotte y voit bien la « dynamique propre » de France 3.


La SDJ lui a fait remarquer que cette ligne éditoriale de la 3 davantage tournée vers les territoires sera en pratique difficilement compatible avec une fusion des rédactions nationales de F3 et de F2…

La SDJ l’a interrogée sur le projet de chaîne Tout Info.

D. Ernotte a confirmé qu’elle veut une chaîne Tout Info dès septembre 2016 qui puisse être regardée sur nos smartphones. « Il faut aller chercher les gens qui ne regardent plus la télé et le mode de consommation le plus courant c’est le téléphone ». Pour autant, le mode de diffusion, box ou TNT, sur un nouveau canal ou un existant, reste à définir. « Cette chaîne ne copiera pas BFM et présentera les caractéristiques du service public ».

La SDJ a demandé quelle rédaction y travaillera. « Il n’est pas question de faire une rédaction à part mais d’utiliser la puissance de toutes les rédactions de France Télévisions. Je vais regarder comment on peut arriver à cette organisation au quotidien ».

Enfin, D. Ernotte nous a indiqué qu’elle souhaitait aller à la rencontre des salariés de France Télévisions et qu’elle viendrait nous voir dans la rédaction.

A n’en pas douter, D. Ernotte arrive avec un grand projet : une chaîne Tout Info sur nos smartphones qui va bouleverser l’organisation de l’info sur France Télévisions et dont la fusion des rédactions est le premier maillon."


La banane, la pêche, le melon avec un soupçon d'Orange...voilà une salade de fruit qui risque fort de ne pas passer.

 

jeudi 23 juillet 2015

La sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly dépose un amendement visant à empêcher la spéculation sur la revente du domaine public télévisuel.

Au printemps dernier, Pascal Houzelot très proche du président du CSA Olivier Schrameck, avait quasiment lui-même annoncé la vente pour près de 90M€ de « Numéro 23 » la chaîne TNT du domaine public que lui avait attribué gratuitement l’instance deux ans et demi plus tôt. La Presse avait repris la poignée de mains entre Houzelot "le vendeur" et Alain Weill propriétaire du groupe NextRadioTV "l’acheteur".

L’affaire qui a fait grand bruit – nombre d’observateurs évoquant un scandale d’État – continue de faire réagir et c’est tant mieux….

La présence « discrète » de deux actionnaires au capital de « Numéro 23 », le milliardaire Alicher Ousmanov, troisième homme le plus riche de Russie selon Forbes mais aussi de l’ex émir du Qatar, toutes deux révélées  par « Le Canard enchaîné » pour lesquelles les services juridiques du CSA s’étaient pourtant interrogé  par notes internes, continuent de susciter des questionnements de l’Instance de régulation sur l’agrément obligatoire à cette vente dont le président pensait sûrement voir passer comme une lettre à la poste !!!!
 
Tel n’est plus le cas. Le Sénat a adopté, ce mercredi, un amendement à la proposition de loi sur la bande 700 MHz qui vise directement « Numéro 23 »  et qui indique clairement  que l’agrément du CSA doit être « délivré en tenant compte du respect par l’éditeur, lors des deux années précédant l’année de la demande d’agrément, de ses obligations conventionnelles relatives à la programmation du service ».
 
Pour la sénatrice Catherine Morin-Desailly, à l’origine de cet amendement, il s’agit de corriger un vide juridique, qui ne permettra pas à une chaîne qui n’aurait pas respecté ses obligations d’obtenir l’indispensable sésame pour sa vente. 
 
En l’espèce, le Conseil supérieur de l’audiovisuel qui a récemment relevé des manquements à leurs  obligations de deux chaines de la TNT, avait mis en demeure « Numéro 23 » mais aussi « RMC Découverte » de "se conformer, dès l’exercice 2015 et à l’avenir, à leurs obligations de diffusion d’œuvres audiovisuelles".

Alors que le rapporteur rapporteur public près le CSA n’avait pas préconisé le retrait de fréquence, les membres du collège ont demandé, ce mercredi 22 juillet, un supplément d’instruction, selon son communiqué publié ce jeudi. Le rapporteur remettra cette fois-ci ses nouvelles conclusions le 16 septembre prochain.

D’autre part, « le gendarme de l’audiovisuel » doit également réaliser une étude d’impact qui doit mesurer les conséquences économiques de la revente sur l’équilibre du secteur et sur le pluralisme.

Comme l’écrit Didier Maïsto dans son dernier article publié sur le site « Lyon Capital » (¤ à lire ci-après) « Avec l’amendement sénatorial, la revente de Numéro 23 s’éloigne encore davantage et donne enfin au CSA, autorité administrative indépendante, l’outil qui lui manquait en matière d’agrément » (*)

(*) Rappelons que c’est Schrameck lui-même qui, lors de son audition devant la Commission d’enquête du Sénat, avait indiqué que le Législateur n’avait justement pas donné les outils dans pareil cas !...

Voilà donc qui devrait réjouir Olivier et son pote Pascal puisque c’est chose faite à présent !
 
(¤ à lire) « Revente de Numéro 23 : le coup de grâce du Sénat »

« La sénatrice (UDI-UC) de la Seine-Maritime Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission de la Culture, de l’Éducation et de la Communication, a déposé hier un amendement concernant les obligations conventionnelles des nouvelles chaînes TNT. Une avancée importante dans la lutte contre la spéculation, dont Numéro 23 est la caricature.

Lors de la cession d’une chaîne TNT, le CSA doit donner son agrément. Celui-ci est accordé, notamment, après une étude d’impact qui examine les conséquences de l’opération envisagée sur le marché publicitaire. Mais, jusqu’à présent, le régulateur ne pouvait refuser ledit agrément au seul motif que l’éditeur de la chaîne n’aurait pas respecté ses obligations conventionnelles. Un véritable problème, exploité par des éditeurs peu scrupuleux dans le seul but de s’enrichir sur le dos de la collectivité nationale.

Cette faille législative devrait être désormais comblée, puisque l’amendement sénatorial précise que l’agrément sera “délivré en tenant compte du respect par l’éditeur, lors des deux années précédant l’année de la demande d’agrément, de ses obligations conventionnelles relatives à la programmation du service”. Car il y a évidemment un lien entre le fait de pouvoir disposer gratuitement d’une fréquence et celui de respecter ses obligations d’investissement.

En effet, en accordant une fréquence à titre gratuit, l’État se dépossède d’un actif pour un motif d’intérêt général, en l’occurrence le soutien à la création. Le fait de ne pas respecter ses obligations, pour le détenteur d’une chaîne, revient donc à porter atteinte à l’intérêt patrimonial de l’État.

Avec cette disposition intelligente, Catherine Morin-Desailly prend véritablement la mesure du problème, car le quadruplement de la taxe spécifique sur la revente de fréquences, dans le cadre du projet de loi Macron (une sorte de quitus fiscal sur un bien mal acquis) semblait bien insuffisant en matière de lutte contre la spéculation.
 
Le CSA peut enfin agir
 
Rappelons que l’escroquerie intellectuelle Numéro 23, vendue publiquement le 8 mars 2012 aux Sages comme une “chaîne de la diversité”, devait offrir une programmation cinéma alternative dans le paysage audiovisuel. Dans sa convention, la chaîne s’engageait ainsi à privilégier “les cinématographies provenant d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique”. Mais le CSA a fait ses comptes : en 2014, 92 % des films diffusés étaient américains, tandis qu’aucune œuvre africaine n’était proposée. Également en cause, le quota d’œuvres européennes et de films d’art et d’essai, qui n’a pas non plus été respecté par la chaîne de la TNT.
 
De son côté, RMC Découverte est accusée de ne pas avoir proposé assez d’émissions européennes et françaises sur sa grille, privilégiant notamment des formats américains. Aux heures de grande écoute, la chaîne a diffusé 32 % d’œuvres européennes (contre 55 % imposés) et seulement 5 % d’œuvres françaises (contre 35 % imposés) !
 
Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a mis en demeure les deux chaînes en les invitant, dans un contexte où la seconde tente de racheter la première, “à se conformer, dès l’exercice 2015 et à l’avenir, à leurs obligations de diffusion d’œuvres audiovisuelles”. Dans un cas comme dans l’autre, le retard pris est tel que les chaînes ne pourront cette année respecter leurs engagements respectifs, loin s’en faut.

Avec l’amendement sénatorial, la revente de Numéro 23 s’éloigne encore davantage et donne enfin au CSA, autorité administrative indépendante, l’outil qui lui manquait en matière d’agrément. Ou comment, dans une société de droit qui retrouve un fonctionnement normal, passer de l’immoral à l’illégal, en évitant qu’une escroquerie intellectuelle ne se transforme en escroquerie tout court – Alain Weill, le patron de NextRadioTV (RMC, BFM) a en effet annoncé, au mois d’avril, s’être porté acquéreur de cette ressource publique pour 90 millions d’euros… le pacte d’actionnaires de ladite chaîne prévoyant en toutes lettres, dès octobre 2013, la revente en 2015.

Les richissimes amoureux de “toutes les diversités”, de l’ex-émir du Qatar à un oligarque russe en passant par la fine fleur du CAC 40, ont désormais de quoi se réjouir : la loi va leur permettre de continuer à financer à long terme la lutte contre toutes les formes de discrimination françaises, si chère à leur cœur. Quand on aime, on ne compte pas. »

 


mercredi 22 juillet 2015

Pflimlin, sors de ce corps...Tout ça pour ça !!!!!

Nicolas Sarkozy vient de nommer directement Pflimlin à la présidence de France Télévisions. Le PS François Hollande en tête fustige les conditions de cette nomination. "Un élément de régression démocratique qui porte en germe la suspicion permanente…" peut-on lire à l’époque. Nous sommes à l’été et Pflimlin expose, le 9 juillet 2010, son programme devant le CSA. 

Celui que vient de nommer le Chef de l’État prévoit également (« Le Parisien » du 9/07/10) de « rajeunir les audiences du groupe, ramenant la moyenne d'âge de 45 ans, au lieu des 55 ans actuellement». "Conscient que le public s'éparpille entre sa télé, son ordinateur et son mobile, Pflimlin s'engage à faire de la reconquête des téléspectateurs citoyens son cheval de bataille. Fustigeant un certain retard pris sur le numérique et les échanges sur les réseaux sociaux, il se donne pour ambition de « faire de  France Télévisions un acteur majeur de l'innovation » qu’il entend placer au cœur de l’offre.
Il s'appuiera sur Patino, qui vient de quitter la direction de France Culture pour diriger le pôle numérique de France Télévisions mais aussi prendre la tête de France 5 pour mener à bien son programme qui prévoit, justement, « pour rajeunir les audiences, d’innover en la réinventant et la musclant, l’offre numérique du groupe public.»
Pflimlin dit vouloir également imprimer sa marque d'entrée en procédant à plusieurs  remaniements. "Dans son discours de passation de pouvoir devant les salariés de France Télévisions, il indique procéder à « un certain nombre de nominations » afin de travailler « tout de suite ». Il veut revenir à « une culture de chaînes » avec « la mise en place de patrons de chaînes (France 2, France 3, France 4, France 5, Réseau Franc Outre-Mer) » responsables de leur structure respective. « Fini, les guichets uniques (dévolus à la fiction, au documentaire, à la jeunesse…) tant honnis par les producteurs, dépendants du bon vouloir d'un seul interlocuteur! Chaque chaîne se verrait attribuer un responsable direct par thème".
Il entend avec cette nouvelle organisation « réaffirmer l’identité » de chacune d’entre elles et plus largement de la télé publique : France 5 la chaîne de la connaissance et du savoir, France Ô la chaîne de tous les outremers, France 4 la chaîne des jeunes et de la jeunesse, France 3 la chaîne des territoires et France 2 la chaîne généraliste par excellence….Il déclare, entre autres, « Rassembleuse autour « de grands événements marquants », France 2 devra s'efforcer de ramener l'âge moyen de son téléspectateur à 45 ans, contre 55 aujourd'hui. France 3 et France Ô verront leur mission de proximité renforcée, France 4 continuera de « faire émerger de nouvelles formes, grâce à de nouveaux talents » et France 5 d'« aider à comprendre et décrypter »….»
"Pflimlin, le « père » avec Vincent Meslet de « Plus Belle la vie » comme il aime à la rappeler veut « une fiction de qualité qui rime avec audience ». Il plaide par exemple pour « un feuilleton de journée ». Promettant de valoriser les scénaristes, il souhaite qu'émergent des séries longues."
Il annonce dans la foulée, le départ de Patrice Duhamel, jusqu'ici en charge des antennes, des programmes et de l'information de France Télévisions. Il nomme, le 23 août 2010, Emmanuelle Guilbart directrice générale déléguée aux programmes de France Télévisions pour lui succéder et « reconquérir un public plus jeune mais aussi plus familial ». Ce sera le deuxième départ marquant, après celui de la directrice de l'information Arlette Chabot que Pflimlin remplacera par Thierry Thuillier qu’elle avait nommé 3 ans plus tôt comme une  sorte de bras droit, rédacteur en chef du 20h de France 2 où il assoira un peu plus encore David Pujadas à la présentation.
Quant à son prédécesseur Carolis que  Pflimlin a tenu à « saluer cordialement », lui qui adressait un message aux personnels « ne regrettant aucun de ses actes » en ajoutant « en assumer  totalement les conséquences, sans regrets », il leur demandait également d'accueillir son successeur dans « les meilleures conditions ». 
On se croirait retourné 5 ans en arrière! Le blog CGC Média a eu la curiosité de revenir à la vingtaine de pages publiées sur le site de l’instance par celle que le CSA sortait du chapeau le 23 avril dernier et de le comparer au programme de Pflimlin détaillé dans les 3 articles de Presse précités mais aussi de remplacer quelques noms par d’autres (*)….
Le résultat est hallucinant et n’entraîne effectivement qu’une seule réaction « Tout ça pour ça !!!!! »
(*) Remplacez par exemple Rémy Pflimlin par Delphine Ernotte, Emmanuelle Guilbart  par Caroline Got, Arlette Chabot par Thuillier et Thierry Thuillier par Pascal Golomer….
Vous allez voir, ça l’fait. En revanche, pas la peine de remplacer Dana Hastier pour France 3, Tiphaine de Raguenel pour France 4 et Gilles Camouilly pour France Ô, ça ne change pas.  Pas la peine, non plus, de substituer Vincent Meslet dans la phrase « Pflimlin, le « père » avec Vincent  Meslet de « Plus Belle la vie » comme il aime à la rappeler veut « une fiction de qualité qui rime avec audience »»….c’est bien le même !
La Phrase « Il annonce dans la foulée, le départ de Patrice Duhamel, jusqu'ici en charge des antennes, des programmes et de l'information de France Télévisions. Il nomme, le 23 août 2010, Emmanuelle Guilbart directrice générale déléguée aux programmes de France Télévisions pour lui succéder et « reconquérir un public plus jeune mais aussi plus familial ». Ce sera le deuxième départ marquant, après celui de la directrice de l'information Arlette Chabot que Pflimlin remplace par Thierry Thuillier qu’elle avait nommé 3 ans plus tôt comme une sorte de second, rédacteur en chef du 20h de France 2 où il assoira un peu plus encore David Pujadas à la présentation. »
devient

« Elle annonce dans la foulée, le départ de Bruno Patino, jusqu'ici en charge des antennes et des programmes de France Télévisions. Elle nomme, Caroline Got aux programmes de France Télévisions pour lui succéder et « reconquérir un public plus jeune mais aussi plus familial » .Ce sera le deuxième départ marquant, après celui du directeur de l'information Thierry Thuillier que Delphine Ernotte décide de remplacer  par Pascal Golomer qu’il avait nommé comme une sorte de second, directeur délégué à l’information et donc  du 20h de France 2 où David Pujadas reste à la présentation. »
S’agissant du projet stratégique de 2010 comparé à celui de 2015 (¤), le blog CGC Média laisse à ses perspicaces lecteurs le soin de les superposer comme Tintin le faisait dans « Le secret de la Licorne » pour constater qu’ils se calquent parfaitement et que le dernier est quasiment totalement compris dans le premier !!!!!!! 

(¤)Celui de 2015  dont voici le sommaire 

1 Restaurer la confiance
1.1 Un projet stratégique : « Audace 2020 »
1.2 Un management dans et par le dialogue
1.3 Des patrons de chaîne responsables de leur exploitation
1.4 Une direction resserrée, paritaire et collégiale
1.5 La maîtrise des coûts, notamment de siège
2 Réinventer l’offre
2.1 Innover pour rajeunir
2.2 Des chaînes généralistes identifiées : France 2, chaîne du flux ; France 3, chaîne du patrimoine et des territoires
2.3 Un bouquet complémentaire cohérent : la jeunesse à France 4, la connaissance sur France 5, l'outre-mer sur France Ô
2.4 Les nouveaux usages numériques au cœur de l'offre
2.5 Le nouveau modèle économique de diffuseur
3 Réaffirmer le service public
3.1 Un pacte de refondation avec la production française
3.2 Le qualimat autant que l'audimat
3.3 Reflet de la France, une télévision de toutes les cultures
3.4 Une télévision citoyenne : exemplarité, transparence et participation du public
3.5 La chaîne publique et numérique de l''information, pour passer de l'émotion à la compréhension…

Pflimlin, sors de ce corps...


...mais avec le fruit jaune en prime !