Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

lundi 20 février 2017

Valérie Pécresse charge un peu plus la barque de Fillon avec des arguments à 2 balles



Valérie Pécresse charge un peu plus la barque de Fillon avec des arguments à 2 balles (*)  

Ce lundi 20 février, invitée de Jean-Jacques Bourdin dans la matinale pour BFMTV et RMC, Valérie Pécresse la présidente les Républicains (LR) de la région Île-de-France s'est pris les pieds dans le tapis à plusieurs reprises. 

Consternant….le mot n’est probablement pas assez fort !

Elle a d’abord commencé par copieusement savonner la planche de ses ex collègues députés avec une lamentable « Marinade » de circonstance : « Fillon ne peut pas porter tout seul le chapeau» a-t-elle asséné au sujet des emplois de Penelope Fillon et de ses enfants à l'Assemblée qui font l’objet d’une enquête judiciaire.

Elle a, de plus, estimé que «c'est critiquable mais il ne peut pas être tout seul [à être pointé du doigt, ndlr] pour toutes les pratiques critiquables de la Vème République, ce n'est pas possible».   

Finissant de jeter le discrédit sur ces ex collègues parlementaires dont elle a fait partie qui, selon elle, ont tous fait ou font tous la même chose, sur l’air de « que celui qui n’a pas fauté, lui jette la première pierre», elle s’est même cru obligée de balancer  «Ouvrons une grande enquête sur les 120 députés qui emploient des membres de leur famille…de manière sereine, pas à trois semaines d'une élection en ciblant un seul homme». 

Autrement dit, tout le monde le fait ou l’a fait…on ne va tout de même pas commencer par celui qui est candidat à la présidence de la République !!!

«A ce moment-là on met tout à plat et M. Bartolone, président de l'Assemblée dit maintenant nous ouvrons une grande enquête sur les députés qui emploient des membres de leur famille…» a-t-elle ajouté. «Tout ça, ça nécessite qu'on le fasse de manière sereine, pas à trois semaines d'une élection en ciblant un seul homme…C'est pas illégal, mais c'est toujours soupçonnable (...) parce que les Français, eux, ne peuvent pas toujours recruter un membre de leur famille pour travailler avec eux», a-t-elle enchérit le plus indécemment qui soit. 

Ben voyons ! Elle a bien évidemment été copieusement été raillée sur les réseaux sociaux notamment sut Twitter à qui il n’en fallait pas plus.
(*) Sa bourde sur l’euro mise particulièrement en avant par ces derniers passerait presque pour anecdotique tellement ce qui précède est terrible.

Valérie Pécresse a, en effet, fait référence à la sortie de l'euro, s’agissant la volonté affichée de Marine Le Pen de revenir aux francs, en évoquant « les lourdes conséquences que cela avait eu en Grande-Bretagne ».
Ne se souvenant probablement pas que ce pays n'avait jamais fait partie de la zone euro, l’intéressée n’a pas hésité à s’enliser d’avantage : «La sortie de l'euro, on a vu ce que cela donne en Grande-Bretagne ! La baisse de 15% de la livre…Ça veut dire 15% de baisse du pouvoir d'achat, voilà ce qu'est le programme de Marine Le Pen ; il faut qu'on le dénonce». 

Enfin à la question pourtant simple de Jean-Jacques Bourdin « Emmanuel Macron est-il apte à gouverner le Pays », Valérie Pécresse qui a préalablement indiqué au journaliste « Je ne sais pas ce que veut dire apte !!! », s’est contentée, sans formellement répondre à quoi que ce soit pendant l’interview, d’indiquer trois critères essentiels qu’avait Fillon mais sûrement pas Macron pour ce faire : «La carrure, l’équipe et le projet». 

Bizarre, ces 3 critères n’avaient visiblement pas sauté aux yeux de Jean-Jacques Bourdin comme des français d’ailleurs qui estiment à 65% que François Fillon doit se retirer !

dimanche 19 février 2017

65% des français ne souhaitent pas que François Fillon maintienne sa candidature et défilent dénoncer les affaires qui minent le Pays.


65% des français ne souhaitent pas que François Fillon maintienne sa candidature et défilent dénoncer les affaires qui minent le Pays.
 
Alors qu’une enquête « Ifop » publiée par le Journal du Dimanche (JDD) indique qu’«une large majorité de Français (65%) ne souhaitent pas que François Fillon maintienne sacandidature à la présidentielle », plusieurs villes de France avaient organisé, à l’instar des mouvements roumains ou coréen, des manifestations dans tout le Pays pour dénoncer les affaires d'emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen. 

Découvrez, à ce sujet, la dépêche  AFP publié le dimanche 19 février 2017 à 18h53.

"Politique: manifestations dans plusieurs villes pour dénoncer les affaires d'emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen  

"Au trou les corrompus" et "à bas les privilèges": des manifestations dans plusieurs villes, notamment Paris et Toulouse, ont dénoncé dans le calme dimanche les affaires d'emplois fictifs présumés touchant François Fillon et Marine Le Pen.  

Répondant à un appel lancé sur les réseaux sociaux sur le modèle de Nuit debout -ces rassemblements citoyens organisés au printemps dernier -, les manifestants jugent intolérable "d'être gouvernés par un corps élu qui a la possibilité de pratiquer l'inverse de ce qu'il défend", comme l'affirme le texte de l'appel. 

"Il n'y a pas d'autorité sans exemplarité: Fillon 18 novembre 2016", "Fillon en prison, la corruption est un poison", "Touche pas au grisbi Penelope": de nombreuses pancartes brandies dans la foule de 700 personnes selon la police, place de la République à Paris, ont visé le candidat de la droite à la présidentielle, empêtré dans une affaire d'emplois fictifs présumés accordés à sa femme et deux de ses enfants.

Annie, 71 ans, qui se définit comme une électrice de gauche, a fabriqué une petite pancarte pour prévenir François Fillon : "Si tu es au second tour, on ne se déplacera pas". "On ne peut pas élire un escroc. J'ai voté Chirac en 2002, mais si c'est Fillon-Le Pen, ils se démerderont sans moi", a expliqué cette manifestante au regard vert et à la chevelure bouclée.

Patrice Roblet, retraité de 66 ans venu du Val d'Oise, a cité Jérome Cahuzac et François Fillon, mais aussi Donald Trump, pour dire : "Il ne faudrait pas, en plus, qu'ils fassent la morale aux autres". 


Et sa désillusion vis-à-vis des élus est grande : "Ils votent leurs lois et leurs privilèges, on ne s'en est pas sortis en fin de compte depuis la Révolution", dit-il, brandissant une pancarte sur laquelle on peut lire "abolition des privilèges et de la monarchie". 

Outre François Fillon, la candidate FN à la présidentielle Marine Le Pen est elle aussi confrontée à des soupçons d'emploi fictif de son garde du corps comme assistant au Parlement européen.


Mais, "au-delà d'eux, c'est un problème de système", a observé l'écrivain Alexandre Jardin, présent dans la foule, qui a réclamé "a minima un contrôle par la Cour des comptes" de "l'argent de nos élus". "C'est bien parce que ce n'est pas fait, que les colères montent", juge-t-il.


A Toulouse, parmi des pancartes demandant "François rends-nous le million" ou "emplois fictifs pour tous", quelque 200 personnes se sont réunies place du Capitole, frappant sur des casseroles et scandant ponctuellement "Non à la corruption". 


A Saint-Omer (Pas-de-Calais), une banderole "expressive" a été placardée sur la Grand-Place, afin que chacun puisse écrire ses doléances contre la corruption."

 
 
 

samedi 18 février 2017

Présidentielle 2017: un candidat de dernière minute!



Présidentielle 2017: un candidat de dernière minute!


Découvrez cette candidature de dernière minute sous la plume d'Aurélie Jacquand de France Bleu Champagne-Ardenne (14/02/17)

"Présidentielle : les conseils de Pierre Dac aux candidats
42 ans après sa mort, l'humoriste châlonnais Pierre Dac (né à Châlons-sur-Marne le 15 août 1893) est officiellement devenu candidat à la présidentielle, à titre posthume. Une "blague" née dans l'esprit de son légataire universel Jacques Pessis, qui entend donner des conseils aux candidats à travers les textes de Pierre Dac.
Une blague oui, mais pas que. "On s'est dit que la campagne était totalement loufoque, donc que Pierre Dac y avait toute sa place". ..
"On a même un comité de soutien et les 500 signatures nécessaires, grâce aux personnages de Pierre Dac", explique-t-il. Des personnages aussi loufoques que cet "essayeur de sucettes dans une confiserie clandestine", par exemple.

Le blog CGC Média vous propose de découvrir le communiqué.
ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2017 :

PIERRE DAC CANDIDAT, A TITRE POSTHUME

UNE CANDIDATURE FANTÔME ? NON !... CELLE D’UN HOMME D’ESPRIT.

« Les choses étant ce qu’elles sont, c’est-à-dire n’étant pas ce qu’on voudrait qu’elles soient », dans une campagne qui s’annonce particulièrement loufoque, il nous a semblé que Pierre Dac avait sa place.  Pour cette raison, "Le Parti d’en Rire" (*) a décidé de présenter son créateur, aux élections Présidentielles, à titre posthume.

« Rien de ce qui est fini n’est jamais complètement achevé tant que tout ce qui est commencé  n’est pas totalement terminé ». La preuve… Voici un peu plus d’un demi-siècle, en 1965, lors de la première élection du Chef de l’État au Suffrage Universel, Pierre Dac avait posé sa candidature à la Magistrature Suprême, sous l’égide du M.O.U., le Mouvement Ondulatoire Unifié, avec pour slogan « les temps sont durs, vive le M.O.U. ! ».

En 2017, il est toujours d’actualité, comme les grandes et petites réformes que Pierre Dac proposait alors pour la France. Des promesses pas toujours destinées à être tenues, comme le veut la tradition électorale. En voici quelques exemples…

-        La politique des revenus ne sera pas celle des partis.

-        Un ministère des Portefeuilles vides ne sera pas créé. Parce que cela doublonnerait avec le ministère des Finances.

-        A la question, «  que pensez-vous du ministère de l’Education Nationale ? », le Parti d’en rire répond: « il nous paraît urgent d’en créer un ».

-        Dans les villes, la vitesse de la lumière sera limitée à  299 000 km/s.

-        Pour sauver la circulation dans des villes au bord de l’asphyxie, une mesure écologique sera prise : la mise en place de la pratique du bouche à bouche de métro.

-        Des mesures seront prises pour relever le SMIC avant qu’il ne tienne plus debout.

-        Le 49 /3 ne sera pas abrogé, mais ainsi complété : sans dérogation spéciale accordée par le Conseil d’Etat, le Premier ministre ne pourra engager à son bénéfice personnel tout meuble, toute vaisselle appartenant au Mobilier National.

-        Les élections Législatives seront décalées de quelques semaines afin de permettre aux députés sortants de trouver un nouvel emploi.

Des premières propositions avant beaucoup d’autres que le Parti d’en rire ne manquera pas de dévoiler à travers un déblog-notes , dans un délai légal, c’est-à-dire à la veille des jours prochains.

LE PROGRAMME OFFICIEL DE PIERRE DAC DANS PIERRE DAC, PRESIDENT, LE PARTI D’EN RIRE (cherche-midi éditeur)
…/
LE  COMITE DE SOUTIEN A LA CANDIDATURE POSTHUME DE PIERRE DAC

Premier vice-Président : GEDEON BURNEMAUVE
Ancien vérificateur en faux poids et demi-mesures
Dernier vice-Président : NICOLAS LEROIDEC
Auteur de l’Essai sur le slip à pont-levis depuis Henri III jusqu’à vendredi prochain
Secrétaire général particulier : SLALOM JEREMIE MENERLACHE
Essayeur de sucettes dans une confiserie clandestine
Comité de direction assistée :
GKW VAN DEN PARABOUM
Maire de Mouchabeuf-en-tournée, entre Morzy-les-Gracieuses et Issoubly-sous-l’Huy
SOSTHENE VEAUROLE
Interne des hôpitaux, en qualité de malade
RAPHAEL FAUDERCHE
Frère du second
JULES FAUDERCHE
Frère du premier
NAPOLEON BOUGNAPLAT
Traducteur officiel en yaourt et en moldo samovar des textes de Mordicus d’Athènes (186-83, au fond de la deuxième cour à droite, avant JC)
Vive le Parti d’en rire, Vive la République, Vive la France, Vive la Caisse autonome d’amortissement de la Sécurité Sociale, et à la prochaine, si toutefois c’est là que vous descendez.

(*) "Le Parti d'en rire" est un parti politique humoristique créé dans les années 50 par Pierre Dac et Francis Blanche. Son hymne a été interprété par ses créateurs ainsi que par les quatre barbus. Un spectacle du même nom avait d'ailleurs été interprété par Jacques Pessis, fils adoptif de Pierre Dac, en 2012