Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

jeudi 28 septembre 2023

France Télévisions : façades Potemkine à tous les étages !

France Télévisions : façades Potemkine à tous les étages ! 

Dans le cadre de la pathétique propagande que déverse au quotidien le groupe de télés public aux personnels comme aux politiques et aux média, la com’ de façade à deux balles que France Télés tartine ces derniers jours pour tenter de faire croire à quelques gogos que tout serait sous contrôle et que l’ex-Orange en serait la cause, consterne autant qu’elle agace à tous les niveaux.  

C’est d’abord, la ridicule langue de bois voire le parler pour ne rien dire concernant le projet CAMPUS par lequel l’entreprise essaie de faire gober en interne à toutes celles et ceux qui vont déménager, emménager et réemménager, la plupart du temps dans des open space viraux qui poussent comme des champignons, que tout ce foutoir serait bénéfique !

Exemple du blablabla local sous trois chapitres plus ridicules les uns que les autres

« - Réunir tous les salariés franciliens du Groupe pour poursuivre la construction de l’entreprise commune,

- Renforcer le rôle social et fédérateur du bureau, en lien avec l’évolution en cours du rapport au travail

- S’ouvrir et se rapprocher des publics, contribuer à l’engagement RSE du Groupe


1) Réunir tous les salariés franciliens du Groupe pour poursuivre la construction de l’entreprise commune, c’est :- Réaffirmer notre identité et notre singularité

- Avoir des équipes qui se côtoient, se croisent et se connaissent

- Rapprocher les filiales de la maison-mère

- Se rapprocher pour être plus forts, plus cohérents et plus collaboratifs

- Positionner l’offre ultramarine en proximité immédiate de toutes les offres de France Télévisions

2) Renforcer le rôle social et fédérateur du bureau, en lien avec l’évolution en cours du rapport au travail, c’est :

- Solidifier le collectif

- Retrouver du sens à venir sur site (*)

- Repenser l’occupation de l’espace : être ensemble, se réunir ou s’isoler, tout est possible

- Consolider l’hybridation des modes de travail

(* retrouver du sens à venir sur site, c’est le constat qu’il n’y a en a évidemment plus !)

3) S’ouvrir et se rapprocher des publics et contribuer à l’engagement RSE du Groupe, c’est : 

- Avoir des nouveaux espaces de réception

- Favoriser des moyens de restauration et de déplacement plus responsables

- Accélérer nos pratiques vers plus de sobriété

- Renforcer la marque employeur…

 

Un extrait du gloubi-boulga que la propagande ernotienne balance aux collaborateurs imaginant les embobiner !

 Il y a aussi le message envoyé à tous hier sur l’air de « Ça vous plait, c’est moi qui l’ai fait ! » !

« La Ministre de la Culture a présenté cet après-midi la trajectoire financière 2024 – 2028 de France Télévisions.

Je tenais à partager avec vous tous ces orientations importantes pour l’avenir de l’entreprise. Elles s’articulent autour de 3 grandes notions : la confiance, l’ambition, les coopérations…. »

Accrochez-vous, ça déroule…Public trop crédule s’abstenir :

« Notre trajectoire pluriannuelle traduit d’abord un acte de confiance à l’égard de l’audiovisuel public, de France Télévisions et de ses missions. Bien qu’exigeante dans un contexte d’inflation, elle permettra de poursuivre, au cours des 5 prochaines années, les missions prioritaires de la télévision publique.

Dans un moment de guerre de l’information en Europe et dans le monde, de montée en puissance de l’intelligence artificielle et des fausses informations, de lutte pour la défense de notre souveraineté culturelle, la place de l’audiovisuel public comme pilier de notre démocratie et des industries créatives françaises est aujourd’hui réaffirmée.

Cette trajectoire traduit aussi une haute ambition pour France Télévisions. Elle impliquera en effet d’amplifier nos efforts et de porter toute notre énergie vers 4 priorités stratégiques, que je partage :

- l’information, et la place unique que nous occupons dans le décryptage de l’actualité, la lutte contre les fausses informations, le temps long et l’enquête ; 

- la proximité et la poursuite de notre stratégie pour être présent au plus proche des Français, dans tous les territoires - en régions, comme en Outre-mer ;

- l’intensification de notre projection vers le numérique et sur tous les canaux de diffusion pour que le service public continue à toucher la génération qui vient ;

- la poursuite de l’exposition exceptionnelle sur nos antennes de tous les arts, de la culture et de la création audiovisuelle et cinématographique française, en maintenant notamment un très haut niveau d’investissements.

Enfin, cette trajectoire traduit une exigence renforcée pour accélérer les coopérations entre sociétés de l’audiovisuel public. Des chantiers importants de transformations et de coopérations sont attendus pour accroitre notre empreinte territoriale avec Radio France, s’adresser aux jeunes publics, être présents partout où les Français consomment des contenus. France Télévisions sera force de propositions, en lien avec les autres entreprises de l’audiovisuel public, pour aller résolument dans ce sens.

Dans les prochaines semaines, et sur la base de cette trajectoire budgétaire, nous travaillerons à l’élaboration d’un plan stratégique pour l’entreprise. J’ai confié ce soir au top management le soin de réfléchir à des priorités partagées. Je reviendrai évidemment vers vous tous pour en tracer les contours au début de l’année 2024…

Enfin, il y a le mail sur la journée du 12 octobre destiné beaucoup plus à RAM, aux pouvoirs publics et à la Représentation nationale qu’aux collaborateurs du groupe mais destiné à occuper le terrain de la communication sur la fait que France Télés serait à la pointe et sur tous les fronts !




mercredi 27 septembre 2023

L’État français veut lever 285 milliards d'euros de dette sur les marchés financiers en 2024…réactions curieuses à France Télévisions !

L’État  français veut lever 285 milliards d'euros de dette sur les marchés financiers en 2024…réactions curieuses à France Télévisions ! 

« Dette: La France empruntera 285 milliards d'euros sur les marchés en 2024 » titre Le Figaro du jour qui s’étrangle « Du jamais vu » avant d’ajouter « Ce montant vient dépasser le record de 2023, qui s’élevait à 270 milliards d’euros. »



Curieuses réactions à France Télévisions après l’annonce faite ce mercredi par l'Agence France Trésor,  en marge de la présentation du budget de l'an prochain. 

«  C’est le signe que l’État va sortir le pépettes pour le prochain plan de départs après les JO » se réjouit presque ce collaborateur non éligible au dernier plan qui n’y était pas éligible ! 

«  C’est à cela que vont servir en gros les 200 millions/an que Rima Abdul-Malak file à Ernotte avec le COM » croit savoir cet autre qui comme une très large majorité de salariés n’attend que «  ce signal » pour se barrer !

«  L’État devra en outre amortir un montant de dette arrivant à échéance plus élevé en 2024 (160,2 milliards contre 149,6 en 2023). La charge budgétaire de la dette en 2024 est prévue en augmentation à 52,2 milliards d'euros en 2024, a indiqué l'AFT, alors que le gouvernement est confronté à une remontée des taux d'intérêt sur les marchés » détaille le titre de presse qui insiste sur le fait qu’« il compte cependant  couvrir ses besoins de financement en se passant des disponibilités du Trésor. 

«La trésorerie excédentaire qui avait été accumulée en 2020 ayant été utilisée au cours des exercices 2022 et 2023, nous n'avons plus l'intention de mettre à contribution cette ligne», a commenté Cyril Rousseau, directeur général de l'AFT » enchérit l’article.

Dans ce contexte de dette abyssale, pas sûr que l’État français qui espère bien lever l’an prochain ces 285 milliards d'euros de dette,  ait a l’esprit ces mêmes réflexions…A voir !!



mardi 26 septembre 2023

Tardieu le toujours Secrétaire général de France Télés crache dans la soupe et s'en prend à TF1 sur les réseaux...Démission !

Tardieu le toujours Secrétaire général de France Télés crache dans la soupe et s'en prend à TF1 sur les réseaux...Démission !

C'est du jamais vu. Alors même qu’il veut écrire une charte d’utilisation d’Internet et que France Télévisions n'hésite pas à sanctionner indument voire virer des collaborateurs sous prétexte qu'ils se seraient exprimé ès qualité sur les réseaux sociaux, Christophe Tardieu le toujours Secrétaire général de France Télés se lâche. 

Il moque la World Cup de Rugby et son staff alors que France Télévisions est également diffuseur des matchs, il vilipende les journalistes de TF1 à qui il demande de se taire ou au groupe de télés privé d'éviter leur présence et conspue les arbitres jusqu'à les traiter de "voleur"...

Demander à acheter des lunettes aux l’arbitre qui commente les matchs de rugby de la coupe du monde dont TF1 mais aussi France Télévisions sont diffuseurs, c'est hallucinant. "Ce n’est plus un arbitre. Soit il est aveugle, soit c'est un voleur"

"Quelqu’un a-t-il un truc pour éviter les commentateurs" (ceux de TF1 évidemment qui diffuse le match). "Cet arbitre est hallucinant il offre un essai au black par un en avant de 10 m, et il refuse un essai au bleus sur un en avant imaginaire"...etc 

Captures d'écrans ci après:



Comment cet ex-inspecteur général des finances et chevalier de la Légion d'honneur qui se met en scène dans ses posts ou explique que seule F3 a consacré une soirée aux sénatoriales, peut-il poster de tels commentaires et être toujours en place dans une entreprise de Service public ? 








lundi 25 septembre 2023

Le tandem CGT et SUD Radio France, fait annuler l’accord sur les CDDU signé en 2021 par 3 O.S. de l’entreprise publique.

Le tandem CGT et SUD Radio France, fait annuler l’accord sur les CDDU signé en 2021 par 3 O.S. de l’entreprise publique.

La CGT qui appelait vendredi dernier, le 23 septembre, aux marches unitaires pour les libertés publiques et syndicales, pour la justice sociale, contre le racisme systémique et contre les violences policières (*) vient avec de faire annuler l’accord de Radio France sur les CDDU, signé en 2021 par les sections CFDT, FO et de l'entreprise.

(*) 

La justice vient de donner raison CGT et SUD Radio France qui mettaient en cause la légalité du texte, ordonnant son annulation. Le point que soulevait le binôme syndical ne tenait pas sur le fond mais sur un calcul de représentativité des signataires au sein de la Maison ronde. Les requérants, contestaient aux trois organisations syndicales signataires de ne pas représenter au moins 50% des suffrages exprimés, nécessaires à un accord pour qu’il soit majoritaire.

Satellifacts indique  « "Le SNJ, devenu représentatif au niveau de l'entreprise en 2019, n' a pas participé à la négociation, considérant qu' il ne lui appartenait pas de se prononcer sur des mesures ne concernant pas ses adhérents journalistes ", relève la direction de Radio France dans un message interne relatif à l'annulation de l'accord » avant d’ajouter « L'organisation syndicale ne prenant pas part à l'accord à l'époque, la DRH de l'entreprise avait calculé la représentativité syndicale hors voix du SNJ ».

« C'est précisément "cette modalité de calcul que le tribunal a rejetée", résume la direction selon laquelle l'accord est par ailleurs positif pour les salariés concernés », poursuit le titre de presse qui explique « La décision du tribunal prévoit un délai de 6 mois pendant lequel les mesures de l'accord restent applicables, le temps d'un nouvel accord soit négocié… »

De son côté , la DRH de Radio France qui déclare « envisager ce qui sera possible de faire au-delà des 6 mois à venir »,  dit ne pas comprendre quel était l’intérêt de faire tomber l'accord ainsi négocié comportant des « nouveautés positives » concernant les CDDU comme l’estime SUD Radio France mais qui ne suffisent pas, particulièrement pour la CGT !

Après l’appel du syndicat contre les violences policières, va-t-il appeler à marcher contre les avancées sociales de Radio France ?

dimanche 24 septembre 2023

France Télévisions ne couvrira bientôt plus le Dakar.

France Télévisions ne couvrira bientôt plus le Dakar.

Selon une information du Parisien, parue vendredi soir, France Télévisions va réduire fortement sa couverture du Dakar lors des deux prochaines éditions, en 2024 et 2025, avant d'arrêter complètement de diffuser le rallye-raid à partir de 2026. Créée en 1978, la course est organisée depuis 2020 en Arabie Saoudite. D'après Le Parisien, des soucis d'économies seraient à l'origine du choix du groupe public.

Cet été, France Télévisions a resigné avec ASO (propriété, comme L'Équipe, du groupe Amaury) jusqu'en 2030, notamment pour la diffusion de ses courses cyclistes, Tour de France compris mais le Dakar ne faisait pas partie de cet accord.

C'est à se demander à quoi les 200 millions supplémentaires/an que RAM devrait à FTV  filer via le COM, vont servir !



samedi 23 septembre 2023

France Télés et la promo des pesticides… C’est bon à savoir !

France Télés et la promo des pesticides… C’est bon à savoir !  

France Télés qui s’apprête à supprimer très officiellement son Service Météo pour le rebaptiser Service Climat, histoire de faire croire à quelques gogos  que la groupe serait particulièrement bien impliqué dans le domaine – Tu parles, Charles ! – explique aujourd’hui aux Français que finalement les pesticides ce ne serait pas si dangereux que ça pour leur santé ! Hallucinant.  

Ce n’est pas la première fois que la télé publique est épinglée pour se moquer du monde. Il y a deux ans, « Dans une tribune parue sur le site du quotidien Le Monde, un collectif de 26 chercheurs francophones (CNRS, Inrae, MNHN…) regrettait la collaboration d’instituts de recherche publique, notamment l’Inrae, avec des émissions à vocation scientifique qui, selon eux, ’présentent toutes les caractéristiques des dispositifs de fabrique de l’ignorance ‘’ ». C’est difficilement plus clair

La tribune évoquait en plus d’une émission diffusée sur La Six, l’émission C’est bon à savoir, présentée par le médecin Michel Cymes et sponsorisée par Aprifel, qui prend, à leurs yeux : « des apparences de la rigueur scientifique pour faire passer les idées que l’usage des pesticides serait limité, sécurisé et sans effet sur la santé ».

Début septembre, le bon docteur dans son émission parrainée donc par Aprifel, nous parle quasiment en bien des pesticides et « revient quelques idées reçues » comme le souligne la pub de France Télés ! (*)

(*)

Ce n’est évidemment pas  l’avis de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, seul organisme de recherche public français entièrement dédié à la santé humaine qui dans un document présenté en 2021 par l’INSERM représentant «  la synthèse issue des travaux du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective pour répondre à la demande de cinq directions de l’État, la Direction générale de la prévention des risques, la Direction générale de la santé, la Direction générale du travail, la Direction générale de la recherche et de l’innovation, ainsi que le secrétariat général du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation,  détaille avec ce travail qui s’inscrit dans le cadre de l’actualisation du rapport d’expertise collective Inserm intitulé Pesticides : Effets sur la santé, publié en 2013, le danger de ces derniers que semblait bien minimiser l’émission de service public ! (¤ voir ci-après)

(¤)





En conclusion, « L’expertise souligne l’importance de réévaluer périodiquement les connaissances dans ce domaine. La confirmation et la mise en évidence de présomptions fortes de liens entre certaines pathologies et l’exposition aux pesticides doivent orienter les actions publiques vers une meilleure protection des populations. Ces questions relatives aux liens entre une exposition aux pesticides et la survenue de certaines pathologies s’inscrivent dans une complexité́ croissante, la littérature faisant apparaitre une préoccupation concernant les effets indirects de certains pesticides sur la santé humaine par le biais des effets sur les écosystèmes. L’interdépendance en jeu mériterait d’être davantage étudiée et intégrée, au même titre que les aspects sociaux et économiques afin d’éclairer les prises de décisions lors de l’élaboration des politiques publiques » 

Jusqu’à quand l’État va-t-il tolérer d’être ridiculisé de la sorte et laisser l’ex-Orange et son ex-dircab faire de la télé publique cet outil de propagande qu’il continue d’être jour après jour ?      


vendredi 22 septembre 2023

Jacques Cardoze l’ancien présentateur de « Complément d’enquête » se lâche sur le plateau du «Buzz TV».

Jacques Cardoze l’ancien présentateur de « Complément d’enquête » se lâche sur le plateau du «Buzz TV».

Dans un article publié par Le Figaro avec TV Magazine  «On m'a traité de facho parce que je voulais enquêter sur l'islamo-gauchisme» : les révélations chocs de Jacques Cardoze sur les coulisses de «Complément d’enquête» Jacques Cardoze l’ancien présentateur de « Complément d’enquête » a dévoilé sur le plateau du «Buzz TV», le 20 septembre 2023, lors d'un ENTRETIEN EXCLUSIF, les raisons de son départ du service public.

conseils de discipline en interne envers telle ou tel salarié qui dérange, qui ne plait pas ou bien qui saisit la commission harcèlement pour ensuite l'accuser d’insuffisance professionnelle, de non-respect de la hiérarchie, de comportement inadmissible pour les virer.  Le(la) salarié(e) sera accusé(e) d’insuffisance professionnelle, de non-respect de la hiérarchie voire d’insuffisance professionnelle - des faits vagues pour justifier une faute qualifiée de « simple » -  avec à la clé une sanction express et radicale: la porte !  

Le blog CGC Média vous propose de découvrir ce témoignage: 

" ENTRETIEN EXCLUSIF - Sur le plateau du «Buzz TV», l’ancien présentateur du magazine d’investigations de France 2 qui a rejoint Cyril Hanouna à la rentrée, lève le voile sur les raisons de son départ du service public.

«Ça m’a fait un bien fou de me livrer». Quand Jacques Cardoze sort de notre studio du «Buzz TV» dans les locaux parisiens du Figaro, il ne cache pas son soulagement d’avoir rompu le silence sur les raisons de son départ du service public en 2021, alors qu’il présentait «Complément d’enquête» depuis trois saisons. Désormais chroniqueur chez Cyril Hanouna dans «Touche pas à mon poste», l’ancien directeur de la communication de l’OM se confie sans détour. Entretien.

LE BUZZ TV. - Vous avez rejoint la bande de « Touche pas à mon poste! » le 4 septembre dernier. Avez-vous signé un contrat de saison ?

Jacques CARDOZE. - Pas du tout, je ne suis pas salarié de H2O (la société de production, NDLR). Après avoir vu Cyril Hanouna cet été autour d’un thé glacé, je me suis entendu avec son associé, Lionel Stan, sur le montant des piges quotidiennes, que je ne dévoilerai pas. C’est moins que ce que je pouvais toucher à l’OM ou que certains salaires à France Télévisions quand on est bien placés. Par rapport à « Complément d’enquête », ça va dépendre du nombre d’émissions que je vais faire mais, potentiellement, ce sera plus. Franchement, je ne suis pas à plaindre mais ce ne sont pas des sommes mirobolantes non plus.

Avez-vous été recruté pour taper sur « Complément d’enquête » qui prépare un numéro sur Cyril Hanouna ?

Il faudrait interroger mon subconscient. En tout cas, il n’y a pas de stratégie derrière. Cyril Hanouna ne m’a pas contacté, c’est moi qui l’ai sollicité. Je sais qu’à France Télévisions, beaucoup se sont interrogés, pensant que j’avais négocié quelque chose avec le groupe de Bolloré. Je le dis aujourd’hui : rien de tout cela. Après, il ne s’agit pas de cracher dans la soupe. Je ne l’ai jamais fait ni pour l’OM, ni pour France Télévisions. En revanche, il y a des choses que les gens ne savent pas. Il y a des attaques d’une partie de la presse et des médias contre une autre partie de la presse et c’est quelque chose que je n’accepte pas. Il n’y a pas les bons et les mauvais publics, ceux qui ont le droit de faire l’info et les autres. Qu’est-ce qu’on lui reproche à Cyril Hanouna ? D’avoir réussi à faire de bonnes émissions pendant la campagne électorale ? C’est la pire des humiliations pour le service public de ne plus avoir de bonne émission politique.

« Complément d’enquête » a tout de même le droit d’enquêter sur Cyril Hanouna...

Oui et je ne sais rien du contenu de cette enquête. J’entends des bruits, de gens de France Télévisions qui me disent des choses...Tous ceux qui sont là-bas ne défendent pas forcément ce qui se fait et notamment les émissions d’investigations, les moyens utilisés, le côté inquisiteur et procureur.

C’est ce que vous reprochez aujourd’hui à « Complément d’enquête » ?

Ce que je peux vous dire, c’est que dans le « Enquête de complément » qu’on fera avec Cyril en janvier ou février, ce sera de l’info, tout sera vérifié. Et il se dira des choses que les gens ne savent ou ne soupçonnent pas. On expliquera comment il peut y avoir des dérives.

De quelles dérives parlez-vous ? En avez-vous été témoin ?

Oui. Vous savez, à France Télévisions, ce n’est pas tout beau, tout rose. Ils n’ont pas toujours eu de bonnes attitudes.

« “Complément d'enquête” est une émission qui penche un peu trop d'un côté et moins de l'autre »

Pour quelles raisons êtes-vous parti d’ailleurs en 2021 ?

Parce que durant ma troisième année, le rédacteur en chef de l’émission, m’a un peu dépossédé de « Complément d’enquête ». Je ne pouvais plus travailler. Le lendemain de tournage, il allait couper ce qui avait été validé la veille. Il y a eu des prises de becs très violentes devant témoins. Et puis, on m’a traité de facho parce que je voulais faire une enquête sur l’islamo-gauchisme* et montrer que sur certaines listes en banlieues, La France Insoumise pouvait draguer un certain nombre de personnalités issues du monde arabo-musulman. Pour être respecté dans ce métier, il faut pouvoir taper aussi bien du côté droit que du côté gauche. « Complément d’enquête » est une émission qui penche un peu trop d’un côté et moins de l’autre. À l’époque, je voulais faire une enquête sur Jean-Luc Mélenchon**, on me l’a refusée et on m’a dit : tu comprends, La France Insoumise nous donne tellement de dossiers, on ne peut pas travailler contre eux”. Je suis tombé de l’armoire.

*NDLR : En décembre 2020, «Complément d’enquête» avait diffusé un numéro intitulé «Islamisme : la République a-t-elle fermé les yeux ?»

**Jean-Luc Mélenchon venait de faire l’objet d’un sujet dans «Envoyé Spécial»

Qui témoignera dans « Enquête de complément » ? Des anciens membres de la production de « Complément d’enquête » ?

Non, je suis en train de travailler avec des journalistes qui sont totalement indépendants et qui ont envie de s’attaquer au service public. Les Français payent une redevance, je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas une enquête transparente sur le service public. Je ne suis pas en guerre contre les journalistes de « Complément d'enquête » et je ne m'attaquerai pas aux journalistes eux-mêmes et à la qualité de ce qu'ils fabriquent. Je suis simplement contre le fait qu'on veuille s'attaquer à une télévision populaire. Il y a une petite musique qui ne me plaît pas du tout. Je vais raconter tout ça..."

Le droit de réponse de France Télés (ci-après) en fait se gondoler plus d'un.