Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

dimanche 17 octobre 2021

Transferts illicites des salariés de FTV vers sa SAS : le SNPCA-CGC est bien le seul syndicat à demander leur interdiction en Justice.

Transferts illicites des salariés de FTV vers sa SAS : le SNPCA-CGC est bien le seul syndicat à demander leur interdiction en Justice.

Ce vendredi 15 octobre 2021, les avocats du cabinet Solwos dont maître Pierre-Olivier Lambert qui ont en charge la procédure visant à « faire interdiction à France Télés de procéder aux 86 transferts illicites de l’entreprise unique FTV vers sa filiale de type SAS "Le Studio" », ont donc signifié leurs conclusions à l’avocate de France Télévisions intimée pour l’occasion ainsi qu’à l’attention de Madame, Monsieur les Président et conseillers du Pôle 6 -Chambre 2 de la Cour d’appel de Paris.

Pendant ce temps-là, Pierre MOUCHEL Secrétaire CGT du CSE Central qui signait fin mars avec la direction, l’ordre du jour d'une séance planifiée sur 3 jours intitulé : « Information/Consultation sur le projet d’apport par France Télévisions à France Télévisions Studio de l’activité de production (siège) d’émissions en gestion directe » tout comme Marc CHAUVELOT Secrétaire CGT du CSE Siège qui paraphait la même chose une quinzaine de jours plus tard, ont commandé un nouveau rapport…Devinez à qui !? Au cabinet Sécafi Alfa évidemment, d’où vient le DRS Groupe.

Le SNPCA-CGC unique syndicat à être "Appelant" dans ce dossier – les deux instances comme les autres syndicats étant simplement "intimés" (*) sauf FO qui n’était pas dans la saisine de première instance donc encore moins dans celle-ci  se retrouvera devant la Cour d’Appel le 9 décembre prochain.

La Cour d’Appel de Paris qui vient d’ailleurs de confirmer les condamnations de France Télévisions décidées en première instance suite à la CITATION DIRECTE concernant l’affaire des FICHAGES ILLEGAUX organisés par l’entreprise et contestés brillamment devant les deux Chambres par les avocates et avocats du cabinet Brihi-Koskas & Associés dont maître Emilie Lacoste.

La Cour d’Appel de Paris (pôle 2 - chambre 13) a effectivement confirmé la condamnation pénale qui avait été rendue dans l’affaire du fichage à France Télévisions donc le jugement du Tribunal de grande Instance de Paris 5chambre 31–2 du 8 mars 20195.

En l’espèce, France Télévisions a été doublement reconnue « coupable  d’entrave au fonctionnement du Comité Central d’Entreprise et coupable au fonctionnement du Comité d’Hygiène et de Sécurité » avec confirmation  jugement sur sa culpabilité mais également  redevable d’une amende délictuelle de 5000 € ainsi qu’au paiement d’un droit fixe de procédure avec des condamnations civiles en dommages et intérêts au bénéfice des syndicats qui restent à déterminer dès la semaine à venir.

(*) Définition juridique : L’intimé désigne la personne juridique contre laquelle un appel a été formée. Cela suppose par définition que ladite personne ait obtenu gain de cause dans ses demandes à l'occasion de la décision rendue en première instance. L’intimé est donc placé en Défendeur et non comme Appelant. 

samedi 16 octobre 2021

Nagui pour la dernière de « The Artist » tire résolument France 2 vers le fond.

Nagui pour la dernière de « The Artist » tire résolument France 2 vers le fond.


Depuis la pathétique interview de l’ex-dircab d’Ernotte dans Le Parisien où l’intéressé se disait « fier » de ses choix, celui qui consiste à avoir programmé « The Artist » en face de « The Voice » le samedi soir sur TF1 puis à le décaler en 2ème partie de soirée le vendredi juste avant Ruquier, est qualifié par l’ensemble de la presse et des médias de catastrophe industrielle.


Le journaliste qui l’interrogeait voilà plus d’une semaine « Sur France 2, "The Artist" a été rétrogradé en deuxième partie de soirée le vendredi, après des contre-performances le samedi en prime time. C’est un échec, à près de 4 millions d’euros ? »

Mais pour l'ultime et sixième soirée, la finale plonge avec en moyenne hier soir de 22h42 à 0h51 de 541.000 téléspectateurs seulement selon Médiamétrie, soit 5,9% des individus de quatre ans et plus.

« Nous avons raison d’essayer, d’innover. Il n’y a rien de pire qu’une télévision qui ronronne. Je suis fier que le service public puisse prendre des risques » plastronnait il y a peu « l’horloger d’Eva Joly » à la Présidentielle de 2012…

Quels risques ? Claquer l'argent des contribuables sans aucune compte à rendre ?! une fumisterie, oui....car que chacun se rassure, les plus de 4 patates englouties dans ce monumental fiasco ne lui seront certainement pas reprochées…il ne devrait  évidemment pas sauter puisqu'à France Télés les proches de l’ex-Orange restent en place !

Demandez à Michel Field qui après 2 motions de défiance dont la dernière qu’il partageait avec « la dame de chez Suez », fut promu directeur de la Culture !!

vendredi 15 octobre 2021

Les puissances d’argent et France Télévisions !

Les puissances d’argent et France Télévisions!

Mardi dernier, à l’occasion de la table ronde intitulée « TV gratuite : s’unir ou mourir ? » dans le cadre de la quatrième édition du festival Médias en Seine, la « dame de chez Suez » faisait à nouveau se gondoler la salle.

A l’occasion du lancement de MyTF1 Max : "L’extension de la plateforme initiale de replay du groUpe TF1" en concurrence directe avec Salto, Gilles Pélisson et Nicolas de Tavernost qui se retrouvaient en public pour la première fois depuis l’annonce de leur projet de fusion au printemps, avaient toutefois laissé un petit temps de parole à l’ex-Orange pour taper à nouveau sur les GAFAM son traditionnel fonds de commerce.

« La dame de l’UER » qui se félicitait de l’alliance TF1/M6 « C’est une émulation positive. Quand on a un grand champion privé, ça appelle un grand service public », chantait comme à l’habitude le refrain qu’elle entonne à chaque occasion depuis l’été 2015 lassant depuis belle lurette « Les acteurs que nous sommes, nous, médias locaux, sont des nains face aux Américains. On ne fait pas le même métier, nous n’avons pas les mêmes moyens ».

Pourtant c’est bien là où le bât blesse…Si l’intéressé clame partout en toute circonstance que les télés privées comme publique ne font pas le même métier, et n’ont pas les mêmes moyens…alors pourquoi tenter de courir inutilement derrière ces géants américains et surtout pourquoi systématiquement appeler à les combattre, particulièrement après avoir signé avec l’un des plus gros du marché ?

« La puissance financière de ces géants est considérable » (les GAFAM) écrivait dès 2015 Marc Schawrtz dans un rapport intitulé « France Télés le chemin de l’ambition 2020 » taillé sur mesure pour le parachutage de ses bureaux d4orange vers ceux du quai de Seine.

C’est finalement bien là où se situe aujourd’hui plus que jamais la problématique…l’argent des contribuables français enrichit année après année les caisses des quelques grosses boites de prod qui travaillent en situation de quasi-monopole pour la télé publique.

Fin juin, « Brut » le social-média – l’un des plus importants fournisseurs d’images de France Télés avec Banijay et Médiawan, notamment pour sa chaîne info à l’audience confidentielle – bouclait un tour de table et levait 75 millions de dollars auprès de Murdoch, Pinault et Orange (ça c’est pour boucler la boucle)

Après avoir séduit Xavier Niel, Alexandre Mars et Bpifrance lors d'un tour de table de 40 millions de dollars en 2019James Murdoch (via son fonds Lupa Systems), François-Henri Pinault (via la holding Artémis), le fonds Tikehau et Orange Ventures qui est l'un des plus importants participants, apportent 75 millions de dollars d'argent frais sur la base d'une valorisation approchant les 300 millions de dollars, à la société fondée par Guillaume Lacroix, Renaud Le Van Kim et Laurent Lucas, qui en conservent le contrôle.

Début octobre, « Écran Total » publiait les chiffres édifiants  du « Classement 2021 des sociétés indépendantes productrices de flux » et écrivait dans sa présentation  « Cette année, France.tv Studio se place évidemment en tête, porté par l’intégralité de la production de France Télévisions dont il sert exclusivement les antennes. C’est la seule société qui compte un seul client, sa maison mère. »

Le magazine pro de poursuivre « La société de Nagui, "Banijay (*) Production Média (ex-Air Prod)", tutoie les 600 heures de diffusion grâce à ses deux émissions les plus emblématiques"N’oubliez pas les paroles"et "Tout le monde veut prendre sa place"qui cumulent respectivement 273 et 226 heures 30 chacune » sans même parler des heures 2021 de "The Artist" (titre anglais pour une émission du service public !) qualifié aujourd'hui de catastrophe industrielle.

(*) La société Banijay est celle d’où venait l’ex-numéro 2 de France Télévisons Takis Candilis qui y est reparti après son départ ! 

« La société "Troisième Œil Productions" [du groupe Médiawan, ndlr] doit quant à elle son total de 574 heures 18 aux diffusions de "C à vous" (265 heures 10), « C l’hebdo » (94 heures) » ou encore "Taratata" et "Le Grand échiquier" dont le coût unitaire de chaque numéro flirte avec les 1,5M€ pour des audiences proches en moyenne autour de 5%...

Ça + ça + ça + ça…ça fait « un fric dingue » pour paraphraser le Chef de l’État pourtant garant de la télé publique et de ses agissements, contre quoi selon certains observateurs avisés, il ne pourrait rien !

Allons donc un Président de la République qui n’aurait pas de prise sur ces puissances de l’argent et celles et ceux qui les sanctuarisent depuis des années…Pas en France ! 

jeudi 14 octobre 2021

« Passage des arts » et « Vitamine C » se disputent le bas du tableau des audiences catastrophiques sur France 2 !

« Passage des arts » et « Vitamine C » se disputent le bas du tableau des audiences catastrophiques sur France 2 !

Ce dimanche 10 octobre, « Passage des arts » après avoir été déprogrammé la semaine précédente pour rendre un hommage à Bernard Tapie, signait son retour sur France 2 pour avec un nouveau score calamiteux :  324.000 téléspectateurs pour 2,8% d’audience seulement.

Deux semaines plus tôt, le dimanche 26 septembre à 23 heures, le magazine culturel n’était parvenu à attirer que 320.000 curieux jusqu’à 00h11 pour une part de marché au ras des pâquerettes à 3,9% auprès du public âgé de quatre ans et plus. En plus d’être battue par TF1, M6 et France 3, France 2 passait également derrière TFX et RMC Story.

Dans la même veine, la nouvelle émission de jeu chaque dimanche à 17h40 sur France 2, "Vitamine C" que Michel Cymes coanime avec Bérénice Bourgueil, n’a fait guère plus qu’« Antidote » l’émission que présentait précédemment le médiadoctor avec 746.000 et un score très poussif de 6,8% !

On ne compte plus les flops qu’accumule l’ex-dircab d’Ernotte qui tentait à nouveau récemment de faire le buzz sur lui dans la presse, en expliquant que France Télés n’était justement pas là pour ça !!

Certes les « 7 d’or » ont disparu depuis un bon moment mais le blog CGC Média ne résiste pas à paraphraser Frédéric Mitterrand qui lors de la 5ème année de remise des récompenses (1989) recevant le « 7 d’or » du meilleur animateur pour Du côté de chez Fred (que la direction de « La Deux » venait pourtant d’arrêter), posait le trophée à terre en déclarant : « C'est là où se trouve le service public ».

C’est comme si depuis toutes ces années rien n’avait changé…Pire, c’est comme si depuis l’été 2015, une poignée d’apprentis-épiciers s'étaient fixé comme objectif de mettre encore plus bas que terre la télé publique pendant que l’État tourne la tête !  

mercredi 13 octobre 2021

FO dans une déclaration liminaire lue au CSE de France Télés « s’alarme de l’absentéisme des Outre-mer »!

FO  dans une déclaration liminaire lue au CSE de France Télés (*) « s’alarme de l’absentéisme des Outre-mer »! 
 
L'organisation qui dit attendre le retour d’un juge qu’ils n’ont jamais saisi sur les transferts qu’ils  sont d’ailleurs près à négocier avec la direction, écrit « entendre  les salariés des Outre-Mer qui ressentent une perte de sens et un manque de reconnaissance » et dit constater « L’absentéisme important » dont ils disent « s’alarmer à juste raison. » 
 
Plus loin, l’organisation proche de la direction déclare «La réforme des Ressources humaines apparait ne pas être satisfaisante à ce jour pour les salariés des stations ultra-marines. » 
 
Rien d’étonnant, elle est rejetée en bloc partout! il s’agit en réalité d’une réforme dont le blog CGC Média avait déjà parlée engagée par Laurence Mayerfeld que cette dernière imaginait faire passer via Sylvie Gengoul qui n’en disait mot! 
 
Eric Bareau proche de la DRH promu directeur régional de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes après l’éviction orchestrée  d’Isabelle Staes comme l’avait annoncé début septembre le blog CGC Média avait du reste, vainement tenté de l’expliquer en visioconférence ! 

 
FO qui semble découvrir la situation fait mine de préciser « Cela démontre que cette réforme RH n’est pas explicite, pas comprise, donc forcément sans d’adhésion de la part des salariés. » avant de poser la question en ces termes « la réforme est-elle efficiente ? », aurait tout de même dû regarder dans un dictionnaire ce que « lapalissades » signifie! 
 
Et de préconiser pour « résoudre l’équation afin que les salariés continuent d’avoir du travail, que les stations ne perdent pas en nombre d’ETP », que «  toute la réalité de l’Outre-Mer soit plus largement  prise en compte » avant d’enchaîner « Nous pensons par exemple aux pratiques des UTS (Unités de Tournage Smartphones), qui, dès aujourd’hui, vont bien au-delà du champ d’application de l’accord signé à ce sujet. » 
 
« Une réalité qui ne peut être niée » affirme-t-ils péremptoirement, « raison pour laquelle FO demande à nouveau qu’un avenant à cet accord soit négocié et signé pour l’intégrer ».  
 
Ben voyons…les territoires et départements d’Outre-mer apprécieront !!


 (*) 





Salto est mort, vive MyTF1 max la nouvelle offre SVoD de TF1... un scénario à la Francis Veber !

Salto est mort, vive MyTF1 max la nouvelle offre SVoD de TF1... un scénario à la Francis Veber !

C’est un scénario à la Francis Veber qui s’est déroulé ce 12 octobre pour le lancement de MyTF1 max la nouvelle offre SVoD en concurrence avec Salto. 

Gilles Pélisson le patron du groupe TF1 qui avait annoncé dans son communiqué la veille, le prochain lancement de MyTF1 Max : "une extension de sa plateforme initiale de replay", retrouvait Nicolas de Tavernost pour une table ronde intitulée « TV gratuite : s’unir ou mourir ? » dans le cadre de la quatrième édition du festival Médias en Seine organisé par Les Échos et France Info.

Un an à peine après le lancement de Salto le groupe TF1 décide donc de mettre prochainement à disposition de ses utilisateurs un nouveau service SVoD.

« Ce projet, co-financé par les groupes TF1 et M6, prendra la forme d'une plateforme payante, à 2,99 € par mois la première année, puis à 3,99 €, et permettra d'avoir accès à tous les contenus du groupe en HD sans publicité. Il sera également possible pour le spectateur de regarder en direct les chaînes du groupe (TF1, LCI, TMC...). Dans un premier temps, My TF1 Max sera disponible sur ordinateur et tablette en OTT, c'est à dire indépendamment de la connexion internet » écrivait CNET France (*) qui commentait factuellement la nouvelle.

« Le groupe TF1 a par ailleurs tenu à rassurer ses utilisateurs : la prochaine mise en service de sa nouvelle offre ne signifie pas pour autant la disparition des replays gratuits de la plateforme MyTF1.fr. » précisait également le site internet, ajoutant « Focalisé sur le replay, ce nouveau service semble pour l'instant ressembler d'assez près à ce que propose son concurrent Salto, pourtant abrité par la même maison, interface y compris. »

(*) CNET France est un média qui appartient à Unify Tech, filiale de Unify, entreprise appartenant elle-même au groupe TF1 

Pour sa part, Le Parisien avait semble-t-il choisi l’humour et le sous-entendu dans son article publié hierIl est mignon monsieur Pignon, il est mignon monsieur Pignon… avec ses modèles réduits en allumettes !

Gilles Pélisson et Nicolas de Tavernost qui se retrouvaient en public pour la première fois depuis l’annonce de leur projet de fusion au printemps, sont largement revenus sur cet événement majeur dans le paysage audiovisuel.

Pour le pédégé de TF1 qui justifiait l’arrivée de MyTF1 max, il était urgent de circonscrire « les incendies qui commencent à s’allumer à nos frontières. » (les GAFAM donc + Disney le dernier venu mais déjà dans le peloton de tête)

Pour le président du directoire de la Six qui appelait à ne pas avoir d’inquiétude sur les programmes des chaînes du géant créé par la réunion des deux groupes - « Nos chaînes vont garder leurs spécificités : W9 ne deviendra pas TF1 » - « c’est effectivement la bonne solution » et d’ironiser « À l’époque, on n’a pas reproché la consolidation de France Télévisions. » [la consolidation de France Télés engagée dès 1992 par Hervé Bourges, ndlr].

Il a fini, à l’instar du Monsieur Brochant de Weber avec la blaguounette du jour « Ça c’est un exemple pour nous ! »

Pour le fun, les deux dirigeants ont laissé l’ex-Orange chanter sa très pratique et récurrente antienne poussée à l’envi contre Netflix, Amazon Prime Video, Disney.

« La dame de l’UER » a entonné encore et toujours le même refrain sur les géants américains « Les acteurs que nous sommes, nous, médias locaux, sont des nains face aux Américains. On ne fait pas le même métier, nous n’avons pas les mêmes moyens », c'est surement pour cela - le ridicule ne tuant plus - que l'intéressée a signé un accord avec Amazon!!

« La dame de chez Suez » trouvant le moyen une fois encore de tirer la couverture à elle, s'est mise à vanter la fusion TF1/M6 « C’est une émulation positive. Quand on a un grand champion privé, ça appelle un grand service public ».

Et si le réalisateur tenait là le sujet d’un prochain film ?!