Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

mardi 10 décembre 2019

A Paris, la maire sortante du 9ème n’a pas grand-chose à craindre de la candidature de l’ernottien Ngatcha, ni Emmanuel Macron non plus !

A Paris, la maire sortante du 9ème n’a pas grand chose à craindre de la candidature de l’ernottien Ngatcha, ni Emmanuel Macron non plus !

Comme le blog CGC Média l’avait révélé dès le 1er décembre dans son article « Arnaud Ngatcha, le bras armé d’Ernotte pour contraindre Emmanuel Macron ?! » , celui qui se faisait dégager de France Télés après avoir refait son bureau en pleine période d’économies pour quelques 30.000€  libérant donc son poste de « directeur de l'unité de programmes des magazines culturels de France 2 » où l'avait nommé Pflimlin, a droit à tous les égards depuis l’annonce de sa candidature à Paris sur la liste Hidlago !

L’ex-Orange très proche d’Hidalgo – tout le monde se souvient du vent que cette dernière s’était pris, le 24 juin 2017 pour « les journées olympiques »  essayant de saisir la main du Chef de l’État après la bise faite à la maire de Paris (voir l'ensemble des photos)pense probablement que Ngatcha lui ouvrira de nouvelles portes comme Couture devait en ouvrir d’autres avec Fillon ! 
Marie-Christine Saragosse dont ce monsieur avait été le conseiller sur France Média Monde se répandant dans tout Paris pour expliquer qu’il l’aidait à accéder à France Télés, doit vraisemblablement s’en souvenir !




Les « deux poids, deux mesures » la parachutée de l’été 2015, elle y est habituée.

Tout le monde à en tête les procédures lancées à France Télés, la plupart contre des journalistes -  la direction leur rappelant « leur devoir de réserve en tant que salarié de France Télévisions » -  avant de les licencier en fin de compte pour s’être exprimé via les réseaux sociaux, en mentionnant leur appartenance à l’entreprise.

L’Opinion sous la plume de Cyril Lacarriere parle même d’un « cas d’école » pour « Ce dirigeant de France Télévisions dont la candidature à Paris fait grincer des dents »

Extrait :

« L’annonce des têtes de liste de « Paris en commun » portée par la maire sortante Anne Hidalgo fin novembre a créé quelques remous au sein de France Télévisions. En cause, la présence d’Arnaud Ngatcha passé par le cabinet de Laura Flessel, ministre des Sports au début de quinquennat d’Emmanuel Macron, et aujourd’hui directeur des opérations spéciales au sein du groupe public.

TOUT LE MONDE peut-il être candidat à l’élection municipale ? Sauf à être frappé d’une peine d’inéligibilité, la réponse est oui ! On peut même annoncer son intention de se présenter depuis sa cellule de prison, comme le prouve l’exemple de Patrick Balkany. Quand on travaille à France Télévisions, les choses sont plus compliquées. La situation d’Arnaud Ngatcha est devenue un cas d’école pour l’entreprise.
Le directeur des opérations spéciales de France Télévisions, revenu dans la maison après un passage par la case politique, se verrait bien refaire le chemin inverse en devenant maire du 9ème arrondissement de Paris sur la liste d’Anne Hidalgo. Un pari audacieux tant la maire actuelle, Delphine Bürkli (ex-LR), semble aujourd’hui en route pour un nouveau mandat. Mais toujours est-il que le simple fait d’être candidat en agace quelques-uns au sein de France Télés. C’est le cas par exemple du représentant du SNJ, Serge Cimino, qui appelle à ce qu’Arnaud Ngatcha « se mette en retrait et ne puisse plus s’exprimer en tant que représentant de France Télévisions ».

Jusqu’ici, c’est plutôt mélange des genres qui a prédominé. Comme l’a justement relevé Cimino, le candidat de « Paris en commun » s’est risqué à ajouter à sa bio Twitter un renvoi vers un autre compte, celui de sa campagne. Ce qui, au sein de la rédaction, n’a pas été jugé particulièrement opportun, un cadre évoquant même une « incompréhension générale du côté de l’info ». Cela l’est d’autant plus que les règles internes au groupe concernant les salariés désireux de s’engager dans la campagne municipale appellent à un « devoir de neutralité » et à une « apparence de neutralité notamment sur les réseaux sociaux ». 

S’il a été demandé à Arnaud Ngatcha de vite faire disparaître cet engagement politique qu’on ne saurait voir, celui-ci a néanmoins été défendu dans les hautes instances du groupe à qui il avait fait part, « de longue date », de son intention de se présenter, et où on rétorque qu’à partir du moment où sa candidature n’interférait pas avec son poste, ce n’était pas une faute. Un argument a priori fondé qui n’a toutefois pas empêché certains de craindre que cette situation « jette un trouble sur le positionnement de la direction ».

Ce ne serait pas la première qu’Ernotte [la sœur de Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la maire de Paris chargée de l'enseignement supérieur, de nouveau tête de liste Hidalgo dans le 5ème, ndlr] et son entourage seraient étiquetés « à gauche »...

 « Il n’a déjà plus le droit de se mêler de rien », rétorque un proche d’Ernotte qui assure que le candidat de la liste Hidalgo s’est « déporté de tout ce qui touche à la ville de Paris ».
Une défense que Serge Cimino estime être une « excuse bidon » qui ne suffit pas à évacuer le sentiment de gêne. La situation va donc être éclaircie dans les tout prochains jours et Arnaud Ngatcha sera bientôt mis en retrait. Et si dans la version officielle, c’est lui qui assumera la paternité de cette décision, elle est le résultat d’une demande expresse faite au cours des dernières heures.
Pour justifier ce temps de latence, au sein de France Télévisions, on revendique un encadrement plus sévère pour les personnes de l’antenne et les JRI que pour les autres salariés… »

Ben voyons !


lundi 9 décembre 2019

« La direction de France Télévisions solidaire du mouvement contre la réforme des retraites » portée par le gouvernement Macron !

« La direction de France Télévisions solidaire du mouvement contre la réforme des retraites » portée par le gouvernement Macron !



« La direction de France Télévisions solidaire du mouvement contre la réforme des retraites » écrivent les amis cégétistes d’Ernotte dans un mail interne destiné à selon eux «expliciter la note adressée en fin de matinée à tous les salariés et intitulée "salariés souhaitant se joindre au mouvement social du 10 décembre"».



Tout part d’un communiqué signé d’un certain Mouchel de la CGT daté du 9 décembre 2019 appelant les salariés de France Télévisions à faire grève ce mardi (ci-après): « La CGT de France Télévisions, sous couvert du préavis de grève de la Fédération du Spectacle CGT appelle donc tous les salariés de France Télévisions à cesser le travail le 10 décembre 2019 pour rejoindre les nombreuses manifestations organisées sur tout le territoire ».



Petit problème, la CGT de France Télévisions quoi qu’elle raconte n’a pas déposé de préavis dans l’entreprise et faisant référence à un préavis, celui du spectacle CGT qui ne couvre pas les salariés du groupe, s’apprêtait à mettre celles et ceux qui ne serait pas là dans une situation particulière.

Soit leur absence aurait été injustifiée donc passible de sanctions disciplinaires,
Soit la direction aurait considéré que depuis le 5 décembre sans nouveau préavis donc, le collaborateur était toujours en grève donc avec une retenue sur salaire d’au moins 6x30ème !

La CGT qui valide quasi intégralement toutes les demandes de l’ex-Orange et cartonne Emmanuel Macron à la moindre occasion comme dans le texte signé Mouchel « Le jeu de dupes mené depuis des mois par le gouvernement et son haut-commissaire, avec des mesures annoncées mais jamais exposées durant toute la phase de concertation doit cesser. Ce combat est celui de toutes et tous, car ce projet de réforme est l’incarnation d’un choix de société́ où les solidarités laissent place au " chacun pour soi ", où l’insécurité́ sociale l’emporte sur notre modèle social solidaire ».

La CGT qui annonce « La direction de France Télévisions solidaire du mouvement contre la réforme des retraites » peut bien rajouter à présent qu’« afin d'expliciter la note adressée en fin de matinée à tous les salariés et intitulée « salariés souhaitant se joindre au mouvement social du 10 décembre», tout en tenant à préciser qu’elle n’avait  évidemment aucune intention de déroger aux règles légales» avant  d’enchérir « Pour autant, compte tenu de l’appel à la mobilisation intersyndicale du 6 décembre pour le 10 décembre, force est de constater qu’il nous était matériellement impossible de respecter le délai de 5 jours francs entre le dépôt du préavis et le jour de la grève », toujours est-il que le constat est là.

« La CGT appelle l’ensemble des salariés qui se joindront aux actions organisées sur tout le territoire, à déposer un jour de congé, RTT ou de récupération ».

P.S : IL NE DEVRAIT Y AVOIR QUASIMENT AUCUN GRÉVISTE CE 10 DÉCEMBRE A FRANCE TÉLÉVISIONS MAIS QUE DES GENS EN CONGÉS, EN RÉCUP OU EN RTT…sauf ceux qui ne se seraient pas déclarés le 5 décembre dernier.


Aurore Bergé chez Bourdin (BFMTV/RMC) trouve que la HATVP a bien fait de révéler l’oubli dans la déclaration d’intérêts de Jean-Paul Delevoye.


Aurore Bergé chez Bourdin (BFMTV/RMC) trouve que la HATVP a bien fait de révéler l’oubli dans la déclaration d’intérêts de Jean-Paul Delevoye

Ce lundi 9 décembre 2019, Aurore Bergé députée des Yvelines et porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV /RMC trouve que la HATVP a bien fait de révéler l’oubli de Jean-Paul Delevoye.  
« Oubli de Jean-Paul Delevoye, qui est quand même le Haut-commissaire aux retraites! Dans sa déclaration d'intérêt, il n'a pas précisé qu'il était administrateur du principal institut de formation des assureurs…assureurs à qui la réforme des retraites ne déplaît pas ! C'est le moins qu'on puisse dire. Franchement c’est maladroit, je vous pose la question » l’interroge Jean-Jacques Bourdin.

« Oui, c'est maladroit je ne peux pas vous dire autre chose et Jean-Paul Delevoye à qui je ne fais pas de procès d'intention, va rectifier mais je dis deux choses. La confiance nécessite énormément de transparence sur la manière avec laquelle on peut gagner nos vies.
Donc il est évidemment nécessaire que la Haute- Autorité qui a eu raison, fasse son travail et dise qu'il y avait un oubli. Cet oubli va être corrigé. Jean-Paul Delevoye va démissionner des fonctions qu'il a dans le cadre de ce mandat-là et je pense que c'est important parce que ça permettra de clarifier les choses. Après que les assureurs sont satisfaits de la réforme… » répond Aurore Bergé.

L’intéressé qui n’avait sûrement pas besoin d’un tel soutien, a toutefois regretté « une omission par oubli » auprès de Parisien qui a sorti l’info. « Je reconnais que ce n’est pas responsable » a indiqué l’intéressé qui n’avait pourtant pas oublié de déclarer qu’il est le président de la Chartreuse de Neuville, une association des orchestres nationaux.

dimanche 8 décembre 2019

Une semaine de grève à Radio France et « Franck Riester se distingue par sa totale inexistence dans ce conflit » !

Une semaine de grève à Radio France et « Franck Riester se distingue par sa totale inexistence dans ce conflit » !

Dans son dernier article intitulé « Radio France : Sibyle Veil en guerre contre le service public » Médiapart rend publique la « "note d’information" interne frappée des mentions "Document contenant des informations confidentielles – Reproduction interdite" que Sibyle Veil a adressée au CSE pour essayer de justifier ce plan social lui aussi révélateur de ce que la haute fonction publique issue de l’ENA peut produire ».

« Proche d’Emmanuel Macron, Sibyle Veil cherche à imposer un plan de suppression de 299 emplois à Radio France qui caracole en tête des audiences. La PDG récolte en retour une grève massive. Mediapart publie les notes de la direction qui indignent tous les personnels. » écrit le titre de Presse.

« La PDG de l’entreprise publique a en effet décidé de lui couper les ailes, en annonçant le 14 novembre, lors d’un Comité social et économique (CSE) extraordinaire, un plan de départ qui porte sur 299 emplois permanents, au cours des trois prochaines années.

Une annonce tellement aberrante qu’elle a sur-le-champ déclenché une nouvelle crise sociale majeure au sein de l’entreprise – qui en a pourtant connu déjà beaucoup d’autres au cours des années précédentes » précise également Médiapart.

« Depuis le 25 novembre, la Maison de la radio est donc plongée dans une grève qui affecte fortement la plupart des antennes, chaque syndicat de la maison déposant à tour de rôle des préavis de grève reconductible. De nombreux salariés de Radio France se sont rendus sous les fenêtres du ministre de la culture, Franck Riester, qui se distingue par sa totale inexistence dans ce conflit » ajoute le titre de Presse qui enchérit « Par des bavardages interminables, cette note technocratique essaie de justifier l’injustifiable » ajoute-t-il, indiquant « Il faut lire des pages et des pages, aussi insipides que creuses, pour en arriver à l’essentiel, à la page 17 : « En juillet 2018, le Gouvernement a fixé un objectif de 190 millions d’euros d’économies à l’audiovisuel public d’ici 2022. »   

« Terrible histoire, qui se répète ! Déjà, sous François Hollande, Radio France avait connu une crise sociale gravissime, après qu’eut été porté à sa tête Mathieu Gallet entrainant l’entreprise publique dans sa désastreuse aventure» se désole-t-il encore.

Le lendemain dans une autre publication « Quand France Télévisions fait le service de presse de l’Elysée », Médiapart publiait cette fois-ci les consignes données à France Télés sur ce qu’il fallait dire et ne pas dire (*)…Vous savez « Le recul, le décryptage et l’analyse indispensable à l’info » prôné par l’ex-Orange et son monsieur Info ! 

Voilà où le service public de l’audiovisuel est tombé…le pitoyable combat de deux femmes qui ont décidé de se tirer la bourre : 
l’une proche du Président de la République, 
l’autre qui a tout essayé pour y parvenir sans succès et tente à présent de présenter ses désaccords patents avec l’intéressé sur un plan politique, là aussi sans succès !  

Pas étonnant pour cette dernière que Chef de l’État ait parlé de « La honte pour la République ».

Tout cela devant se régler avec le retour de l’ORTF et une présidence commune aux sociétés qui l’intégreront !!! Si Riester, Veil et Ernotte et quelques suiveurs veulent flinguer le « big bang » annoncé par le Chef de l’État pour l’Audiovisuel public, ils s’y entendent…

« Le constat est de bon sens » lance Médiapart qui en déduit très pragmatiquement « Si le pouvoir s’intéressait aux productions de l’audiovisuel, à leur qualité, ou s’il était attaché à la qualité de l’information et à son indépendance, c’est à des gens du métier qu’il ferait appel pour défendre le service public. »

(*) 

samedi 7 décembre 2019

Ernotte et ce clip qui circule au moment où Emmanuel Macron dévoile son projet de loi sur les conditions de départ en retraite !

Ernotte et ce clip qui circule au moment où Emmanuel Macron dévoile son projet de loi sur les conditions de départ en retraite !

Au début celles et ceux qui ont découvert ce clip intitulé « Et toi tu votes ? »  ont probablement cru à une vidéo mise en ligne par LFI ou LO ! (ci-après) 

Imaginez leur surprise lorsqu’ils ont compris qu’il s’agissait d’une coproduction France Télévisons payée avec l’argent des contribuables qui circule au moment de la réforme des retraites annoncée par Emmanuel Macron et mise en œuvre par le gouvernement Philippe.

Le message est clair, face à deux agents municipaux – l’une atteinte de la maladie d’Alzheimer, l’autre de gros problèmes de surdité – il dénonce les méfaits de la loi sur les retraites. La jeune fille venue chercher un acte de naissance déclare « Travailler jusqu’à 80 ans ce n’est vraiment pas possible ! Comment une loi pareille a pu être votée ? ».

L'agent de mairie dur de la feuille finira par la traiter de "pute" et appeler la sécurité pour la chasser…tout ça, sur fond de Marseillaise

Se moquant au passage des problèmes liés au Grand-Âge – ce qui est minable, abjecte et n’a rien à voir avec un quelconque humour – l’argent du contribuable a été utilisé pour ce genre de spot et sert opportunément aujourd'hui à se payer le Politique et railler par ricochet  la réforme.

Ce n’était probablement pas assez de la candidature du pote de madame Candilis contre le maire sortant du 9ème arrondissement de la Capitale qui reste en poste comme l’écrit La Lettre de l’Audiovisuel : « Actuellement directeur des opérations spéciales de France Télévisions, Arnaud Ngatcha se présentera également aux prochaines élections municipales de 2020. Ce dernier est la tête de liste de la maire de Paris sortante et candidate à sa propre succession, Anne Hidalgo, dans le 9e arrondissement. Malgré cet engagement politique, Arnaud Ngatcha conserve ses fonctions au sein de France Télévisions car “il n’est pas à l’antenne”, comme l’a expliqué le groupe audiovisuel public à Challenges. »...

Sans oublier la sœur d’Ernotte Marie-Christine Lemardeley, adjointe à la maire de Paris chargée de l'enseignement supérieur, de nouveau tête de listes Hidalgo dans le 5ème !

Soit dit en passant, comme l’écrit cette fois-ci La Lettre A, ce sont « Plusieurs cadres ou ex-cadres de France télévisions qui se présenteront aux municipales à Paris ».
« Catherine Bessis, l'autre complice d'Anne Hidalgo dans le 15ème arrondissement » écrivait Le Pointconseillère municipale depuis 6 ans et ex-Orange elle aussi, venue dans le valises d’Ernotte pour s’occuper de son secrétariat, repiquera-t-elle ? 

Dire qu’Edouard Philippe, son dircab et son ministre de la Culture ne tarissaient pas d’éloges sur Ernotte la cote de la parachutée de 2015 est définitivement tombée à zéro.

« Et toi tu votes quoi ? » Édouard, Franck ou Aurore...



vendredi 6 décembre 2019

Qui c’est qu’à pas rempli sa p’tite fiche à France Télés ? Ca n’serait pas not’ Takis !?

Qui c’est qu’à pas rempli sa p’tite fiche à France Télés ? Ca n’serait pas not’ Takis !? 

Le 18 novembre dernier, le blog CGC Média dans son article  « L’ex-Orange adresse aux salariés de France Télés un formulaire à remplir visant tout conflit d’intérêt…Une mascarade ! » rendait public le couple de documents (ci-après) qu’Ernotte voulait faire signer à tout le monde…ou presque !!

Elle écrivait à chacun « Une situation de conflit d’intérêts apparaît dès lors que vos intérêts personnels ou ceux de vos proches interfèrent avec votre capacité à exercer vos fonctions dans l’intérêt de France Télévisions de façon impartiale ou au moins donnent cette impression (on parle alors "d’apparence de conflit d'intérêts") »…et exigeait que quiconque se trouve dans une tel cas interdit pas l’accord d’entreprise en vigueur à France Télés qui a force de loi mais qui plus est proscrit par diverses chartes est illégal et punis par les tribunaux, se dénonce lui-même et se livre sur une fiche ad-hoc . 

« Si la situation de l’un de vos proches semble être susceptible de créer un conflit d’intérêts avec votre travail dans le groupe FTV, il est important den informer votre responsable hiérarchique afin qu’il puisse terminer si déventuels aménagements doivent être apportés pour prévenir ou mettre fin à une situation susceptible dapparaître auprès d’un tiers comme un conflit d’intérêts. 
Vous devez donc signaler au moyen du formulaire ci-dessous…»





Il a certainement dû zapper la p’tite fiche, le numérobis de France Télés lui qui se trouve au cœur même d’une affaire de conflit d’intérêts inimaginable faisant aujourd’hui l’objet d’une saisine officielle du CSA porté le par le cabinet Solwos et associés chargé également d’une procédure pénale connexe ! 

S’il n’avait oublié de noter que le business de son épouse Babsie Steger qui se fait sa pub gratos à l’antenne pour commercialiser ses produits et ses prestations, on pourrait se dire que c’est une étourderie.

Cependant comme il n’a probablement rien rempli depuis son arrivée le 26 février 2018, il convient tout de même de lui rafraîchir la mémoire.
La grande amie de Babsie madame Candilis, Alexandra Redde-Amiel fraichement promue chef de la délégation française à l’Eurovision 2020 (sera-t-elle seulement  la au printemps 2020 ?) qu’il a nommé directrice des variétés et divertissements.
Toutes deux grandes amis de Ngatcha la soi-disant prise de guerre LREM d’Anne Hidalgo qui s’oppose dans le 9ème à Paris à la candidate des listes du mouvement d’Emmanuel Macron.
Il aurait pu dire également lister le nombre de prime signés avec la société de production Electron Libre (Yanis Chebbi) depuis son arrivée. Ils sont nombreux...et pour des montants estimés entre 600.000 et 800.000 euros, ça fait mal au porte- monnaie du contribuable. Que de coïncidences !!

Là aussi Takis aurait pu dire qu’ils étaient ensemble et encore chez Lagardère…ça a dû lui sortir de la tête !

Le blog CGC Média qui ne recule devant aucun sacrifice a même fait un petit pense-bête qu’il devrait toujours avoir sur lui. (* fin de post) 

Manquerait plus qu’il nous tombe un voyage au Maroc tous frais payés à Marrakech, tiens… des séjours dans une luxueuse résidence de la côte d’Azur ou encore un dossier bien pourri payé une blinde et on ne sait trop comment avec de l'argent public donné à une paire de producteurs à qui d’autres commandes ont été promises histoire que rien ne filtre…

Ne leur portons pas la poisse tout de même mais mon petit doigt me dit...

(*)

jeudi 5 décembre 2019

Candilis Ernotte complices avant l’imminente déflagration !


 Candilis Ernotte complices avant l’imminente déflagration !

Comme vous l’avait indiqué le blog CGC Média au travers de plusieurs articles sur le sujet, le CSA vient d’être officiellement saisi suite aux passages à l’antenne de Babsie Steger madame Candilis à la ville renvoyant, entre autres, vers son site commercial destiné à vendre ses produites et ses prestations.

Le blog CGC Média écrivait notamment dans on post intitulé « Le torchon brûle entre Candilis et Ernotte…démissionner ou être démissionné, telle est la question? » : « Depuis les révélations du Canard enchaîné (*) sur la publicité clandestine faite au site commercial de son épouse à l’antenne, le départ du Numérobis discret démissionnaire du poste de pédégé qu’il occupait dans Le Studio la filiale de production de France Télévisons (ex MFP) est sur toutes les lèvres. »

(*)

Hier lors d’une énième réunion de l’entre-soi à France Télés, l’intéressé a tenu à préciser que les propos qu’avaient relatés par certains au cours d’un précédent COMEX ne pouvait laisser penser à une démission dont la rumeur (plus que persistante) se faisait l’écho.

Candilis « a le plein et entier soutien d’Ernotte »; il l’a redit…Celle dont le prochain départ est acquis et qui veut faire signer une déclaration aux salariés de France Télévisions sur de possibles conflits d’intérêts interdits au sens de l’accord collectif qui a force de loi mais aussi pouvant constituer un délit puni et sanctionné par la Justice, sera donc avec Candilis jusqu’au bout !

Des soutiens comme cela dans le dossier qui concerne , à savoir le CSA déjà saisi juste avant que ne le soit le TGI de Paris dans les jours qui viennent, ça porte un nom et une qualification !

C’est le cabinet Solwos Avocats fief de maître Pierre-Olivier Lambert qui avait notamment fait définitivement condamner Patrick de Carolis mais aussi l’ex pédégé de Bygmalion Bastien Millot dans le volet télé de l’affaire dite « Bygmalion, Carolis, Millot » qui est donc chargé des procédures tant au Pénal qu’au niveau de l’instance de régulation.

Le blog CGC Média vous propose de découvrir (ci-après) ce premier courrier adressé par lettre recommandée avec accusé de réception, en date du 28 novembre, à Monsieur Roch-Olivier Maistre Président Conseil Supérieur de l'Audiovisuel.















En fin de post également, quelques éléments d’appréciation parmi la vingtaine de ceux déjà transmis ainsi que deux extraits de l’émission visée pour laquelle l’ex-Orange et son numérobis qui résonnent à l’unisson et valident d’une même voix, subiront donc le même sort.