Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

vendredi 27 mars 2015

Après la courbe du deuil à France Télé, la technique du PV...

Le 18 mars dernier, Pierre Nicolas - souvenez-vous, ce visage familier de France 3 qui incarnait depuis 35 ans la région Midi-Pyrénées (à droite sur la photo), était arbitrairement viré de l'antenne du jour au lendemain - allait découvrir avec stupeur une toute nouvelle "méthode managériale": la technique du PV fantôme.

 


Il avait bien lu comme tant d'autres sur le blog CGC Média, les divers documents de France Télé copié-collés de ceux de France Télécom- Orange où Delphine Ernotte (candidate pour remplacer Pflimlin) était en charge sur la courbe du deuil ( *ci-dessous)...



mais le coup du PV, il ne l'avait encore jamais vu !!!!



L'ampleur du processus  à son encontre dont France 3 Toulouse porte la responsabilité, se révèle être des plus cyniques.
En voici le détail:

Le service des amendes de Toulouse l'a, en effet, exceptionnellement accueilli dans ses locaux et  révélé (preuves à l’appui)  l'existence d’un PV non nominatif  d'un montant de 90 euros relatif à une infraction commise le 8 août 2014 par le véhicule de la station qui lui était attribué...PV qui avait bel et bien été envoyé à son employeur (qui est le propriétaire de la voiture) une dizaine de jours plus tard. 
Il convient de préciser d'entrée de jeu que Pierre Nicolas n'en avait jamais eu connaissance avant.

France 3 n'avait probablement pas cru bon de le prévenir. Pendant 4 mois, entre le 18 août et le 15 novembre 2014, France 3 ne lui en parlera absolument pas.

A cette date, France 3 reçoit l’amende forfaitaire majorée s'élevant à 375 euros, elle-même  accompagnée d’une menace de poursuites.

Pourtant, l'employeur va continuer d’ignorer ces alertes jusqu’au 20 décembre 2014 date à laquelle un échange téléphonique a semble-t-il  eu lieu entre France3 et le service de recouvrement du Trésor public.
Selon nos informations, au service des amendes de Toulouse, France 3 va présenter les faits d'une drôle de manière, en expliquant que le salarié auquel le véhicule était attribué ( Pierre Nicolas donc)  refusait le paiement de cette amende !
Le Trésor Public a en conséquence et de bonne foi, recherché l'adresse du journaliste qu’il a finalement trouvée le 23/12/14. Pierre Nicolas reçoit ensuite l’avis de poursuites (opposition administrative) le 3 mars.
 
Comble du cynisme, ce n’est que 4 jours plus tard que France 3 l'informe enfin, le plus laconiquement qui soit, qu’un "avis a tiers détenteur" le concernant (dont il ignorait tout ) leur était parvenu et que la somme de 375 euros serait prélevée sur son salaire. 
Ben voyons!
 
Pourquoi et comment de tels procédés peuvent-ils encore avoir cours?

Tout dans cette affaire semble avoir été (alors que Pierre Nicolas était un employé modèle) pensé pour l'assommer, l’isoler, le désespérer sans qu'il puisse se défendre  et le plonger au final dans une situation inextricable (menace de prélèvement sur salaire et blocage de compte bancaire avec une majoration de 10 %) !!!

Heureusement que Pierre Nicolas n'est pas homme à craquer facilement, sinon le rouleau compresseur administratif aurait fini par le broyer définitivement.

Il a réussi à rétablir la vérité et a l'arrêter.
Tous les détails très précis que vous livre, ici, le blog CGC Média, figurent dans les documents en possession du service des amendes de Toulouse. 
 
C'est peu dire que ledit service ait peu apprécié d'être ainsi utilisé...et le mot est faible!

Le service des amendes de Toulouse a annoncé la main levée immédiate indiquant que Pierre Nicolas n’avait effectivement pas été « informé en temps et en heure de cette contravention ».
 
Tiens donc!

Imaginez dans quel état psychologique mais aussi physiologique, est ressorti Pierre Nicolas de cette  épuisante épreuve!!!  

Il a dû immédiatement recourir, en urgence, aux services d’une kiné pour soigner les premières conséquences du stress enduré. Vers midi, visite chez le médecin, etc... la nuit suivante, il dormait 3 heures.
Ce genre de pression inadmissible n'est malheureusement pas un cas isolé et correspond bien au schéma du deuil que prônait France Télé comme France Télécom et qui peut colle parfaitement au cas de figure décrit ci-dessus.

Sidération d'apprendre l'existence même du PV et les proportions que cela a pris,
Déni donc incrédulité sur les méthodes utilisées,
Colère évidemment
avec la suite "logique" à laquelle certains ont pu penser "Marchandage, Dépression, et Acceptation...."

Seulement, redisons-le, Pierre Nicolas n'est pas homme à craquer facilement...

Pourtant, il y a de qui surtout lorsque votre employeur vous dégage, de surcroît, après 35 ans de bons et loyaux services.

Oui Pflimlin et ces méthodes d'un autre âge comme tous ceux qui les utilisent n'ont pas leur place à France Télévisions.
 

1 commentaire:

Domi KE a dit…

Tous les moyens sont bons quelque soit l'employeur quand on souhaite se débarrasser d'un salarié même s'il fait bien son job ! Il faut avoir la tête bien accrochée pour résister à l'atteinte à la personne qui agit comme un rouleau compresseur sans qu'aucun plan d'urgence de justice ne soir accessible. Un exemple de plus, plus médiatique mais non moins existant de manière récurrente dans les entreprises.