Contactez-nous!

Par téléphone au 06.14.06.44.36 ou par mail en Cliquant Ici!

mardi 16 juillet 2019

Public Sénat : un Conseil d’administration sous haute tension.

Public Sénat : un Conseil d’administration sous haute tension.



Le Conseil d’Administration de Public Sénat censé avaliser la fin de saison de la chaîne fait l’objet de toutes les attentions de la part d’Emmanuel Kessler son très contesté pédégé ainsi que de sa Secrétaire générale Muriel Signouret fonctionnaire détachée du ministère de la Défense vivement critiquée en interne pour sa conduite de la transition numérique dont elle a la charge.





PANIQUE à RASPAIL ! 



La panique gagne dans les cossus bureaux de la chaîne installée boulevard Raspail.  Les actions au quotidien du tandem de direction sont concentrées sur un seul objectif : celui de maintenir les apparences. Plusieurs contrats contestables sur leur portée juridique sont établis en toute urgence via les cabinets d’avocats histoire de donner le change afin d’affronter le conseil d’administration du 18 Juillet et d’éviter que les membres du Sénat qui y siègent ne posent des questions embarrassantes concernant la fin de saison catastrophique de leur chaîne.

SANS VALEUR, DES CONTRATS « NON EXCLUSIFS »!

Les 4 dernières années les contrats signés pour « territoire d’infos » garantissaient à la chaine l’exclusivité à la fois les  reportages réalisés par les télés locales mais aussi la présence des éditorialistes de la PQR chaque matin.

Ces contrats d’une grande valeur financière et éditoriale ayant été tous rompus, Emmanuel Kessler souhaitait les renouveler vite afin de les présenter à son CA. Se heurtant aux refus des principaux titres de la PQR et des télés locales, il a fait rédiger à grand frais d’avocat des contrats...NON EXCLUSIFS !

Autrement dit des documents qui n’ont aucune valeur d’engagement destinés uniquement a embrouiller les membres de son Conseil qui croiront légitiment que tout roule... « une technique rodée.  »  commente un observateur extérieur!

Les rares groupes de presse qui l’ont signé ne se sont engagés à rien avec Public Sénat, puisqu'en l'occurrence aucune exclusivité n’est requise. Le groupe Ebra  par exemple (9 journaux de la PQR) pourra ainsi envoyer son éditorialiste fétiche Pascal Jalabert sur Public Sénat certes mais également sur tous les plateaux des chaînes BFM, CNews, LCI et LCP-Assemblée Nationale.  

Une rupture majeure avec les 4 années précédentes où l’accord conclu avait attaché l’ensemble des titres de la PQR et des télés locales à la matinale à titres exclusifs.

Les documents que compte produire Kessler à son Conseil sont semble-t-il du même tonneau. « Ils n’engagent ces médias à rien, et nous savons très bien que la  préférence ira aux autres chaînes » pointe un membre influent de la rédaction qui parle même de «contrats-leurres» uniquement destinés à jeter de la poudre aux yeux aux Sénateurs ! La fin de saison de «territoire d’infos» s’est elle même terminée en eau de boudin.

Kessler voulait absolument recevoir le Président du Sénat Gérard Larcher et pousser subtilement ce dernier à s’afficher sur la chaîne toujours en perspective du conseil du 18 Juillet. Président de son unique actionnaire cette caution lui était plus que nécessaire.

Le refus absolu de Cyril Viguier de se prêter au jeu qui a immédiatement adressé à la chaîne une lettre recommandée menaçant d’une assignation, a mis Emmanuel Kessler au pied du mur.

Propriétaire des titres et du concept, Viguier a contraint  la chaine à « bricoler » les 2 dernières émissions de la saison sans les marques  «JT des territoires » et « territoires d’infos » et sans son concept. Un revers juridique cuisant qui fera jurisprudence pour Public Sénat avec l’impossibilité à l’avenir de répliquer la matinale « Territoires d’infos »
La suite pourrait s’avérer compliquée notamment à la rentrée. 

Gérard Larcher lui de son côté s’est décommandé la veille de 

...Ambiance délétère, menaces de procès aux Prud’hommes, évictions arbitraires et départs de piliers de la chaine, coïncident avec la disparition en septembre de la matinale « territoire d’infos » le programme phare de Public Sénat. « J’aimerai bien connaître le montant de ce que la chaine a réglé ces derniers mois aux cabinets d’avocats pour tous ces contrats » s’interrogent certains connaisseurs du dossier qui veulent garder l’anonymat tellement l’ambiance s’est dégradée au sein de la chaine.

La nomination d’Oriane Mancini, une journaliste de la chaine réputée très proche du directeur de la rédaction Albert Ripamonti pour succéder à Cyril Viguier au commandes de la matinale à la rentrée, n’est pas pour arranger les choses.

Comme d’habitude tout se passe pendant l’été… « La SDJ de la chaine est déjà en vacance, dommage! » persifle ce journaliste chevronné qui n’avait jamais vu ça.

RUPTURE AVEC LA PQR et LES TÉLÉS LOCALES

Les sénateurs sont bien évidemment informés de cette ambiance électrique pour ne pas dire explosive et, de leur côté, les pontes de la PQR réunis récemment, évoquent déjà une action commune contre la chaine, s’interrogeant sur les informations qui courent de rémunérations exclusives et discrètes pour certains éditorilistes du FIGARO présents sur le plateau ! Un traitement qui s’il est avéré ne passe pas auprès de la PQR qui envoyait à ses frais ses propres éditorialistes, levés au aurore pour occuper des heures entières l’antenne de la  matinale de la chaîne du sénat...Gratuitement !

Les conséquences de cette rupture avec la PQR sont lourdes pour la chaine et ont été décrites dans un article de  VSD le mois dernier:  A la rentrée, privée des ressources allouées par les grands titres et par l’envoi de reportages fournis gratuitement par près de 40 télévisions locales, la chaîne se retrouve dépourvue d’images venant des 4 coins de l’hexagone.

Le réseau de télés locales « VIA » qui mettait à disposition exclusive et gratuite de la matinale les reportages a déjà supprimé depuis le 10 Juillet dernier tous les codes d’accès à sa plateforme qui permettaient à Public Sénat d’y accéder. Un coût énorme impossible à compenser pour la chaine.

De fait, Public Sénat se retrouve maintenant à devoir gérer une concurrence de poids la saison prochaine. 


Non seulement, toutes ces chaînes locales ne rediffuseront plus sa matinale mais elles ont décidé avec la PQR de créer leur émission propre, baptisée « La Grande Matinale des Territoires » qui sera diffusée sur leurs propres antennes sur la TNT en locale en concurrence de celle de Public Sénat.

lundi 15 juillet 2019

« C’est comment déjà votre nom? » lance Sarkozy à l’ex Orange venue lui faire dédicacer son livre .


« C’est comment déjà votre nom? » lance Sarkozy à l’ex Orange venue lui faire dédicacer son livre dans l’émission de Laurent Delahousse sur France 2.

« A la fin de l'interview, Nicolas Sarkozy a eu la surprise de Delphine Ernotte, lui tendre un exemplaire de son livre, Passions, pour lui demander une dédicace. L'ancien chef de l'Etat qui s'était montré très critique envers les chaînes publiques durant la primaire de 2016, lui a demandé de rappeler l'orthographe de son nom » raconte le JDD.

Imaginez la tête de l’intéressée qui s’était déplacée pour obtenir sur son exemplaire du livre des souvenirs paru le 27 mai dernier, la précieuse signature de celui qui n'est plus président de la République depuis un bon moment déjà !!

vendredi 5 juillet 2019

Kotra/Candilis/Ernotte le trio liquidateur de la télé publique flingue en direct les salariés de France Ô et leur public.

Kotra/Candilis/Ernotte le trio liquidateur de la télé publique flingue en direct les salariés de France Ô et leur public.

Comme l’indique clairement la dépêche AFP (* ci-après), le trio liquidateur de la télé publique et plus particulièrement celle de la TNT dédiée à l’Outre-mer vient de flinguer en direct le JT Infô-soir, ce soir, sur France Ô pour le dernière fois.


"Le JT du soir de France Ô tire sa révérence

France Ô a diffusé vendredi son dernier JT du soir sous sa forme actuelle, avant une formule tout en images à la rentrée dans la perspective de la disparition de la chaîne de la TNT en 2020. 

La présentatrice Marie Radovic, accompagnée d'une dizaine de membres de la rédaction, a exprimé en plateau "une pensée émue pour tous ceux qui nous ont accompagnés pendant toutes ces années". 

Histoire de se foutre un peu plus du monde, la direction qui n’était évidemment pas présente - AUCUN HAUT CADRE DU POLE OUTRE-MER, aucun haut cadre de la direction de FTV, pas même le directeur de l’info, n’étaient là… juste le petit personnel techniciens et journalistes venus saluer une dernière les fois les téléspectateurs dans cette formule ! - ose baratiner cyniquement que ce ne serait « Pas le dernier de la saison mais le dernier de l’histoire de France Ô» !

* « A la rentrée, "il y aura un nouveau JT avec présentateur à la mi-journée en plus d'un JT en soirée tout images", a assuré à l'AFP la direction de la communication du pôle Outremer de France Télévisions, qui estime que l'offre d'info s'en trouvera enrichie.
            Ce nouveau JT de mi-journée sera diffusé simultanément sur France 3 et France Ô, a précisé la direction à l’AFP »...

Quel mépris des téléspectateurs et des personnels.

Une dernière hallucinante parce que réalisée dans un contexte hallucinant : la direction du pôle outre-mer s’était pourtant engagée avec les soi-disant garanties de l’ex-Orange, à ce que le JT présenté et incarné soit assuré jusqu’à fin décembre 2019 !

Foutaises…subrepticement en début de semaine, alors que les plannings avaient déjà  établis, la direction de l’info et du pôle outre mer a organisé en catimini la fin dudit JT, profitant probablement du début de la pause estivale où une partie des salariés est déjà en vacances et l’autre largement occupée à faire le taff quotidien, alors même que  l’asphyxie physique et morale des troupes a rendu tout un chacun quasi incapable de réagir, anesthésié une fois de plus par des manipulations et les basses œuvres des mensonges de cette direction qui les laissent K.O. debout…

* « Malgré la mobilisation des élus ultramarins ainsi qu'une pétition signée par plus de 62.000 personnes, la chaîne des Outremers de France Télévisions est vouée à disparaître de la TNT, tout comme la chaîne de la jeunesse France 4, sur décision du gouvernement  Philippe et dans le cadre d'un plan d'économies du groupe audiovisuel public écrit encore l’AFP qui ajoute « Le gouvernement s'est toutefois engagé à ce que l'Outremer garde sa visibilité à la télévision publique, notamment en créant un portail d'information spécifique,qui devrait voir le jour en 2020 et en augmentant l'enveloppe budgétaire allouée
aux productions ultramarines (actuellement de 10 millions d’euros).

France Télévisions doit également signer la semaine prochaine un "pacte de visibilité » avec des engagements chiffrés sur les programmes ultramarins qui seront diffusés sur les autres antennes du groupe »  

Du pipeau tout ça.

La direction ose claironner que ce n’est pas vrai! Preuve en serait, selon elle, que tout est fait pour assurer l’avenir. Le JT info-soir de 25 minutes remplacé par un JT de seulement 6 min sur France 3 à la rentré de septembre à... 11h38….serait plus regardé donc plus visible ?!?... Que se passera-t-il entre 11h46 et le début du 12h 13 h ? 

C’est bien la preuve d’une déconnexion totale de l’info ultramarine du reste de l’info régionale, CONTRAIREMENT à ce qui avait été annoncé ! Si l’info des outre-mers intéressait les autres chaînes, personne n’imaginerait la mettre à cette place-là. On remettrait le JT outre-mer d’il y a 5 ans qui était à 12h30 ! Un JT qui était inscrit dans le COM de France Télés ! (C’est pour cela qu’ils l’ont supprimé !?!)…

Quant à l’émission LTOM qui durait près d’une heure aujourd’hui sur France Ô à 18h25 transplanté sur France 3 à 8h50, elle ne durera que... 26 min ! Elle aussi pour être mieux vue surement !

Que restera-t’il de la mission de la rédaction de servir d’agence pour les stations ultramarines ?


Qui et comment pour faire du web ? Quel web ? Quid du portail OM à France Télés ?!

Tant de questions, que manigances pour ne pas tenir les engagements pris...et surtout, pas de réponses crédibles

Que dire également du silence complice notamment du ministre de la Culture qui avait promis - craché juré - le 19 janvier dernier devant la commission OM du sénat que les personnels de Malakoff experts OM devaient être reconnus et employés comme tel au sein du tout FTV ?!?...

L’arrêt ce soir de info-soir est une véritable insulte aux OM, aux ultramarins, à tous les passionnés des OM, aux français ainsi qu’aux personnels de Malakoff et de France Télévisions en généra.

Que de mensonges de cette direction aux abois qui malgré les gros bobards et l’intox énorme de certains n’a qu’une assurance aujourd’hui, celle d’exploser de façon imminente en plein vol…

Que de coups fourrés de  quelques laquais toujours prêts à servir la soupe à la direction quitte à enterrer les collègues pour se faire bien voir!

Que de coups tordus pour faire de soi-disant économies (à tout prix !!!) ALORS que les hauts cadres sont conviés, ces jours-ci en Polynésie pour « fêter » l’arrivée du nouveau Directeur RÉGIONAL après avoir viré l’autre…

Il se murmure même en coulisse que la dernière mission du bras droit ernottien dans le cadre de son dernier déplacement ultramarin aurait couté plus de 25.000 euros !

Il n’y a plus d’argent pour la rédaction tv radio mais il y a de l’argent à foison pour aller se gaver à droite à gauche, installer ou réinstaller les copains de la bande !!!!

Il n’y a plus d’argent pour faire des reportages, des émissions, des magasines mais il y a de l’argent à foison pour payer grassement des cabinets conseils (proches de certains !) dont le rapport et la plus-value sont proches de zéro !

Pour les salariés techniciens, journalistes et administratifs dépités, humilié parfois, mal dans leur peau, dégoûtés, écœurés par tant de ignominie…il n’y a effectivement que mépris!!!!

    

mardi 2 juillet 2019

« On n’a rien pour vous…Y a que la Justice qui peut faire quelque chose ! », c’est le leitmotiv ernottien balancé aux salariés virés de France Télés.


« On n’a rien pour vous…Y a que la Justice qui peut faire quelque chose ! », c’est le leitmotiv ernottien balancé aux salariés virés de France Télés. 

Il avait bien raison le président de la République lorsqu’il a qualifié la gestion de France Télés de « honte de la République »…L’ex-Orange avait bien tenté à l’époque de détourner ses propos et de remonter les salariés contre lui – le croyait-elle en tous cas ! – mais évidemment personne n’avait gobé.

Aujourd’hui, la démonstration est plus que faite. Les futurs virés sont effectivement traités comme des moins que rien…de la M…. comme le lançait si bien Jean-Pierre Coffe.

Les collaborateurs qui participent depuis des années voire des dizaines d’années aux émissions qu’Ernotte et son numérobis ont décidé de supprimer en prennent plein la figure : « On n’a rien pour vous…Y a que la Justice qui peut faire quelque chose ! etc…».

Pour les journalistes pigistes qui sont réputés CDI de facto, le message est encore plus cynique « Pas de travail pour vous au sein de la Rédaction  [Ben voyons !] c’est le responsable du secteur pour la direction qui me le dit. Difficile même d’envisager une fin de collaboration comme pour les PTA [Personnels Techniques et Administratifs] parce que chez les journalistes, ça n’existe pas...[Le cynisme le plus total]».

Le pitoyable accord antivieux signé par la CGT/FO/CFDT où comme l’a écrit 10.000 fois le blog CGC Média, ce sont les plus âgés que pousse vers la sortie la direction,  ne leur est même pas applicable…. « Y a que la Justice qui peut faire quelque chose pour vous ! » leur sert-elle en guise de si vous n’êtes pas content qu’on vous vire, c’est votre problème. Vous n’avez qu’ à saisir les tribunaux.


Tout cela au nom d’Emmanuel Macron qui, s’il continue de laisser faire, gardera pendant des lustres l’image du donneur d’ordres fossoyeur de la télé publique !